Introduction du numérique dans l’enseignement au Bénin: 24 établissements scolaires dotés de salles multimédias

Par Site par défaut,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Dans le cadre du projet de généralisation de l’usage du numérique par l’éducation et la formation, le gouvernement, à travers l’Agence béninoise du service universel des communications électroniques et de la Poste (Absu-Cep), a doté douze établissements secondaires et douze écoles primaires du Bénin de salles multimédias. C’est au Collège d’enseignement général  n°1 Allada que la ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou du Numérique et son collègue Mahougnon Kakpo de l’Enseignement  secondaire ont procédé au lancement des infrastructures, hier mardi 5 novembre.

LIRE AUSSI:  Affaire confiscation de biens d’autrui par l'ancien ministre Aboubacar Yaya f: La cause à nouveau renvoyée

Le gouvernement du Bénin vient de sortir de l’enclavement numérique vingt-quatre établissements scolaires dont douze dans le secondaire et autant dans le primaire en les dotant de salles multimédias. Le lancement officiel desdites  salles hier au Collège d’enseignement général n°1 Allada a permis d’en savoir plus sur cet outil destiné à généraliser l’usage du numérique par l’éducation et la formation.
Au nom des apprenants et des enseignants, le directeur du Ceg 1 Allada a pris l’engagement de  sécuriser l’infrastructure. Il s’est réjoui que son établissement soit le point focal de cette innovation dans le département de l’Atlantique.
Conscient de l’importance de cet outil pour le relèvement du niveau de l’enseignement, Eloi Dounon a assuré avoir déjà fait former les enseignants pour l’intégration du numérique dans les cours. Le censorat aussi est rentré dans la danse pour la coordination des programmes.
Au regard des bienfaits du numérique dans l’éducation, Jean-Claude Codjia, préfet de l’Atlantique et du Littoral, a noté que ce jour est à marquer d’une pierre blanche. S’adressant aux bénéficiaires, il leur a signifié que par la mise à disposition  de cette salle, le gouvernement leur permet de voyager à travers le temps et le monde en élargissant leur champ de connaissances.
Le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo, s’est d’abord considéré comme l’un des bénéficiaires de la salle multimédia, avant de souligner qu’elle constitue l’un des outils mis à disposition pour faire avancer l’éducation au Bénin. A l’en croire, le gouvernement positionne l’éducation comme l’un des leviers pour faire décoller l’économie. Pour y parvenir, a-t-il retenu, on ne saurait négliger le numérique. L’intégration du numérique dans l’enseignement passe par les outils de travail dont la salle multimédia, a-t-il laissé entendre.  Promesse du gouvernement de la Rupture, cette infrastructure a été réalisée par l’Agence béninoise du service universel des communications électroniques et de la Poste (Absu-Cep) dont il a loué la perspicacité.  « Cette salle permettra aux enseignants et aux apprenants d’être connectés aux bibliothèques du monde», a-t-il noté.
Après avoir visité l’infrastructure, Aurélie  Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Digitalisation, a indiqué que l’une des façons de préparer les écoliers et élèves à affronter l’avenir avec confiance, c’est d’intégrer le numérique dans l’enseignement à travers la mise à disposition des salles multimédias. Elles sont au nombre de 24 sur toute l’étendue du territoire national dont 12 dans des collèges et 12 dans des écoles primaires. Equipées de 40 ordinateurs pour les apprenants, d’un ordinateur enseignant, d’un tableau interactif avec projecteur,d’une armoire (chariot) de rangement et de charge des ordinateurs, ces salles sont dotées de deux climatiseurs. Connectées à internet, a-t-elle poursuivi, elles sont autonomes en énergie, car alimentées par l’énergie solaire. Elles sont aussi équipées d’un logiciel de gestion de classe et des contenus numériques pédagogiques sans oublier les accessoires tels que 10 multiprises, un système d’alarme, un kit de laboratoire.« Les douze  départements ont été servis, soit un centre pour  un collège et un centre pour un établissement primaire », a-t-elle récapitulé.
Pour l’animation des salles, Emile Kougbadi, directeur général de l’Absu-Cep, a promis de tout mettre en œuvre pour que les élèves n’hésitent plus devant l’ordinateur mais qu’ils parviennent à l’utiliser comme leur cahier. Notons que les travaux ont duré cinq mois.

LIRE AUSSI:  Précampagne électorale : La Haac fixe la période