Instrument au service du développement:La Banque internationale du Bénin célèbre ses noces d’argent

Par Sabin LOUMEDJINON,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


2 avril 1990-2 avril 2015, cela fait exactement 25 ans que la Banque internationale du Bénin (BIBE SA) a ouvert ses portes au public. Hier jeudi 2 avril, à son siège à Cotonou, une série de manifestations a été organisée pour marquer la célébration de ses noces d’argent.

LIRE AUSSI:  Imam Ibrahim Ousmane sur Maouloud: « C’est la commémoration d’un mystère et d’une grâce »

Vingt ans de vie pour la Banque internationale du Bénin (BIBE. SA). C’est un évènement qui mérite d’être célébré. A défaut du grand faste, les responsables de l’institution bancaire ont opté pour la sobriété afin de marquer l’évènement. Le sang étant le liquide le plus précieux pour vivre, cette banque a organisé une opération de don de sang au niveau de son personnel pour mieux coller à la devise «Être au service du développement».
Bien avant cela, le 26 mars dernier, son Conseil d’administration a tenu une session sous l’égide de son président Zacharie Yomètowu.
Selon le directeur général par intérim de la BIBE, Romain Boko, qui parlait au nom du président du Conseil d’administration, la banque dispose aujourd’hui d’un capital qui s’élève à 9 milliards de francs CFA entièrement libéré. Il précise que depuis son entrée en activité en avril 1990, la banque a toujours fait preuve d’un grand dynamisme sur la place financière nationale et sous-régionale. «Elle contribue activement au financement du développement et à l’accompagnement des opérateurs économique. Ses points de vente sont bien répartis sur le territoire national. Et elle propose une large gamme de produits à une clientèle diversifiée », a-t-il confié.
Parlant du fonctionnement de la BIBE, Romain Boko ajoute qu’à la suite des mesures structurelles mises en œuvre, elle est à ce jour entièrement administrée et dirigée par des cadres nationaux tant au niveau du Conseil d’administration que de la direction générale. «A l’instar des autres banques, elle est gérée comme une entreprise privée, suivant les règles de l’OHADA et de la règlementation bancaire en vigueur dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine.»
Après la pluie le beau temps !
La BIBE est une banque qui a connu ses heures de gloire au cours de la décennie 1990- 2000. Elle était classée troisième du paysage bancaire béninois et a contribue à financer de nombreuses activités de certains opérateurs économiques dans le pays, explique Théodule Gbaguidi, responsable du département des Services généraux, et l’un des cadres qui ont pris fonction au démarrage des activités de la banque en 1990. S’il reconnaît que la banque a connu des périodes difficiles, il s’empresse de rassurer que tout a été remis en ordre depuis que l’Etat béninois a pris les taureaux par les cornes pour conduire l’institution à l’étape actuelle de « transition pour sa cession».
Les difficultés de la BIBE relèvent maintenant du passé, rassure Théophile Gbaguidi. A l’endroit des clients, il rappelle que leur banque se porte bien et jouit d’une santé robuste. «Faites-nous confiance, l’espoir est permis», a-t-il conclu.
Des acquis certains

LIRE AUSSI:  Célébration des 20 ans de Radio Immaculée Conception: Une « Semaine de la radio » du 15 au 22 avril

Pour le directeur général par intérim, Romain Boko, la BIBE dispose d’atouts certains pour un partenariat fructueux avec les opérateurs économiques, même les plus exigeants. Pour décliner ces atouts, il parle de la longue expérience acquise durant ses 25 ans d’activités bancaires; son fonds de commerce avec une clientèle diversifiée ; son positionnement stratégique sur le marché bancaire béninois ; sa bonne connaissance de la place financière du Bénin ; son réseau de correspondants extérieurs à travers le monde entier ; sa large gamme de produits et services performants; ses conditions de taux et de commissions très compétitives ; ses points de vente bien répartis sur le territoire national et tous fonctionnels, sans oublier la qualification et le professionnalisme de son personnel.