Institution de faux frais dans des écoles maternelles et primaires: Les victimes invitées à retirer leurs ressources

Par ,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, est remonté contre certains directeurs d’écoles. Par un communiqué parvenu à notre rédaction, il dénonce des actes qui frisent la corruption. Sans protocole, il invite les victimes à aller se faire rembourser, munies du reçu à eux délivré.

LIRE AUSSI:  Dialogue interreligieux: L’évêque de Natitingou offre du matériel à l’école franco-arabe

Aussi, a-t-il instruit tous les chefs de régions pédagogiques à veiller au respect des prescriptions.
Salimane Karimou dénonce dans le communiqué « des initiatives aux relents de pratiques de corruption déguisées, incompatibles avec les idéaux du gouvernement et bannies des usages scolaires ». Il rappelle à cette occasion aux acteurs et usagers de l’école que « les mesures d’instauration des cotisations et ou souscriptions, quel que soit l’objet qui les fonde, restent interdites sans son autorisation préalable ».
Le ministre Salimane Karimou déplore dans le communiqué qu’il lui est parvenu que dans de nombreuses écoles, « des directeurs ont instauré de leur propre gré, et parfois en complicité avec des membres de bureaux d’Associations de parents d’élèves (Ape) des souscriptions ou cotisations allant de 2 000 à 15 000 francs Cfa par apprenant pour divers motifs ».
Pour ce qui concerne les écoles maternelles, l’autorité fustige, entre autres, des pratiques déloyales inhérentes aux tenues d’écoles, aux frais de fournitures hors normes, à la confection de cartes dites de sécurité, à l’ouverture unilatérale de cantine payante rendue obligatoire pour les enfants, à l’instauration de frais de goûter, aux manifestations festives. Quant aux écoles primaires, les frais dénoncés sont relatifs à l’inscription ou l’admission d’écoliers, au défaut d’acte de naissance ou de dossier scolaire pour les candidats au Cep, aux souscriptions initiées pour payer les enseignants recrutés, etc.
C’est dire donc que le ministre reste sensible aux plaintes des parents d’écoliers qui lui parviennent.

Yêdafou KOUCHÉMIN (stag.)

LIRE AUSSI:  Audit des ressources du FADeC 2013 dans l’Atacora-Donga:Forces et faiblesses de la gestion des collectivités locales