*Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines*

Dans le cadre d’une tournée de travail entreprise  dans les régions économiques du Bénin, l’administrateur provisoire de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin, Alain Hinkati, était hier, mercredi 17 juillet, à Abomey, face aux opérateurs économiques du Zou. Rencontre au cours de laquelle les opérateurs économiques devaient aussi donner leurs avis sur les réformes en cours.

Pour mettre fin à la crise qui  secouait la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin, le gouvernement a décidé de nommer un administrateur provisoire à sa tête et d’opérer les réformes nécessaires. C’est ainsi qu'une administration provisoire a été mise en place afin de finaliser pendant une phase transitoire les réformes statutaires et organiser les élections conformément aux nouveaux textes qui seront adoptés. Ces réformes visent à corriger de façon durable les dysfonctionnements et contre-performances relevés dans la gestion de l'institution consulaire. D’où l’importance de procéder à une relecture des textes qui la régissent.             
Ainsi, après six mois d’activités à la tête de la Ccib, Alain Hinkati, l’administrateur provisoire a jugé utile de rencontrer les organisations professionnelles et de partager avec elles, les grandes lignes des réformes et recueillir leurs avis et suggestions.
D’après les statistiques enregistrées à la Ccib, moins de 10% des entreprises au Bénin sont membres des organisations professionnelles. Le Comité national de supervision ne s’est donc pas trompé en autorisant l’administrateur provisoire à solliciter directement les avis des acteurs du monde des affaires sur les réformes initiées au sein de l’institution consulaire.
Cette démarche de proximité se justifie aisément en ce sens qu'elle permet d’inciter beaucoup d’entreprises à se formaliser et à s’intéresser à la Chambre de commerce et d’industrie.
Au cours de cette rencontre, Alain Hinkati a expliqué aux opérateurs économiques présents que grâce aux réformes en cours, la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin assurera effectivement « la représentation, la protection et la promotion des intérêts communs des opérateurs économiques de la République du Bénin dans les domaines du commerce, de l’industrie et des prestations de services ». L’assemblée consulaire passe de 99 membres à 69 membres élus à raison de  quarante-six (46) membres élus au niveau national et vingt-trois (23) membres élus au niveau des régions économiques.
Désormais, ces élections à la Ccib seront organisées par la Cena qui est au Bénin l’organe  professionnel en la matière. Et le candidat à ces élections doit répondre à des critères bien précis.
L’autre nouveauté que portent les réformes est que « la fonction de membre de l’Assemblée consulaire est gratuite. Elle ne donne lieu à aucune rétribution directe ou indirecte. Toutefois, sont imputables au budget de la Chambre les dépenses encourues à l’occasion des missions confiées aux élus consulaires et les divers frais remboursables générés par leur participation aux réunions statutaires des organes de la Chambre. Les montants forfaitaires des frais de mission des élus ainsi que des frais de représentation des membres du Bureau consulaire sont fixés par décision du président du Bureau consulaire après avis de l’Assemblée consulaire et approbation du ministre de tutelle ».
De nouveaux textes qui ont suscité l’intérêt des acteurs présents à cette rencontre qui ont voulu bien comprendre le sens à donner à ces nouvelles orientations qui visent à révolutionner la Ccib.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 460 fois