« Les candidats qui sont des collègues auront à composer dans des matières qu’ils tiennent. Ce sont des épreuves qu’ils proposent eux-mêmes pour faire évaluer leurs écoliers et élèves. Ce n’est pas un examen, ni un concours mais une évaluation. Tout est mis en œuvre pour que tout se déroule bien ».

Le directeur de l’Office du baccalauréat (Dob), Alphonse da Silva, s’est voulu ainsi rassurant. L’organisateur en chef de l’évaluation du samedi prochain au profit des enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire général invite les 18045 candidats répartis dans les 23 centres à se rendre sur les lieux de composition sans crainte. La réunion du comité technique chargé de l’organisation de l’évaluation, tenue dans l’enceinte du ministère en charge de l’Enseignement supérieur, ce mercredi 21 août, lui a permis de faire un point global et  surtout satisfaisant de l’organisation. « Les préparatifs dans le cadre de l’évaluation vont bon train. Le gouvernement nous a confié la partie technique à savoir le choix des sujets, la préparation des salles et des centres de composition. Ces centres seront tous sécurisés pour que les candidats qui voudraient bien aller se faire évaluer, le fassent en toute sécurité », a expliqué Alphonse da Silva au terme de cette réunion à laquelle plusieurs responsables syndicaux représentant les travailleurs ont également pris part.
Comme lui, ils en sortent tout aussi heureux, confiants et surtout rassurés. Maxime Agossouvè, vice-président des organisations syndicales du ministère des Enseignements maternel et primaire (Memp) et membre du comité interministériel pour le suivi de l’évaluation du 24 août, au terme de la séance, n’a pas caché sa satisfaction au regard des informations et assurances qui résultent de la rencontre. Pour lui, ce que certains prennent pour « un marché de dupes du gouvernement » n’en est pas un. C’est l’une des réunions de dernière heure qui nous permet d’aller droit au but, d’écouter le Dob sur le niveau de préparation sécuritaire et toutes les informations utiles pour que les enseignants soient à l’aise, poursuit le syndicaliste, visiblement satisfait des informations reçues. C’est encore avec la même assurance que Maxime Agossouvè s’est adressé à ses camarades qu’il a invités à investir massivement les salles de composition pour se soumettre à cette évaluation. « Le 24 août sera une fête pour les enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire général », annonce ce porte-voix des candidats. C’est la seule condition pour se mettre à l’abri de toutes déconvenues, a laissé entendre Maxime Agossouvè. « Ceux qui ne seraient pas là, c’est à tort qu’ils auraient choisi ce format et on aura du mal à les défendre », prévient le syndicaliste. Pour ce qui est des malades et autres absents pour des raisons valables, ils pourront se rattraper à l’occasion d’une session de remplacement, a surtout expliqué le Dob.
A peine ces assurances données aux candidats que la balle est saisie au bond par certaines organisations dont la Centrale des syndicats des secteurs privé, parapublic et informel du Bénin (Cspib) pour appeler leurs militants du secteur de l’éducation concernés par l’évaluation du samedi 24 août 2019 à aller composer.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 450 fois