Identification des mesures et besoins en produits climatiques :Faire des catastrophes naturelles, des opportunités pour le secteur privé

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun


Afin d’analyser et de valider les résultats de l’étude d’identification des opportunités et besoins en produits climatiques du secteur privé au Bénin, le projet de « Renforcement de l’information sur le climat et systèmes d’alerte précoce en Afrique pour un développement résilient au climat et adaptation aux changements climatiques » (SAP-Bénin) a, en collaboration avec le ministère de l’Environnement en charge des Changements climatiques, initié un atelier du 12 au 13 février derniers à Lokossa. Des acteurs du domaine de l’environnement et du secteur privé mobilisés, ont, au terme de la rencontre, élaboré un plan d’opérationnalisation et un chronogramme de mise en œuvre des recommandations qu’ils ont formulées.

LIRE AUSSI:  Inondations dues au fleuve Mono : De grands risques annoncés dès ce mois de septembre

Valider le rapport d’étude et identifier les mesures d’opérationnalisation en ce qui concerne les produits et besoins climatiques du secteur privé au Bénin. Tel est l’objectif de l’atelier d’échanges qui a réuni les acteurs du domaine de l’environnement et ceux du secteur privé à Lokossa.
En effet, l’occasion leur a permis de partager le contenu du rapport, d’analyser et de valider les résultats obtenus, puis d’élaborer un plan d’opérationnalisation suivi d’un chronogramme. Selon le coordonnateur du projet de « Renforcement de l’information sur le climat et systèmes d’alerte précoce en Afrique pour un développement résilient au climat et adaptation aux changements climatiques » (SAP-Bénin), Arnaud Zannou, le mérite de l’étude est d’avoir offert l’opportunité de déblayer le terrain et d’identifier les acteurs du secteur privé dont les activités ont rapport avec la gestion du climat. Les investigations ont également révélé leurs besoins en termes de données ou d’informations sur le climat.
Ainsi, au cours de leurs travaux, les acteurs ont procédé à l’analyse des besoins du secteur privé en termes d’informations liées au climat. Pour Arnaud Zannou, le producteur doit pouvoir maîtriser aujourd’hui le temps qu’il fera, la manière dont les phénomènes météorologiques se produisent afin de concevoir des systèmes de production adaptés aux nouvelles réalités climatiques. «Nous engageons donc un dialogue avec le secteur privé, des hôtels, de l’agriculture, de l’agroalimentaire… dans le but de satisfaire les besoins en informations liées au climat au niveau de ces producteurs», a-t-il expliqué.

LIRE AUSSI:  Préservation des forêts classées nationales: La saison des feux précoces officiellement lancée dans l’Atlantique-Littoral

Les solutions contre le changement climatique

Après la validation de ladite étude, les résultats seront dans un premier temps, présentés à Kampala en Ouganda, afin de les confronter à ceux d’autres pays. C’est aussi pour voir si le Bénin est en phase et en cohérence avec les autres Etats au niveau du continent africain. Dans un second temps, le projet va veiller à ce que les structures compétentes sur le plan national soient renforcées pour avoir à portée de main les outils, les mécanismes, les protocoles dans le cadre de la production tenant compte des bases de données climatiques dont le secteur privé a également besoin pour mener ses activités. « Nous aboutirons à des partenariats secteur public et privé, élaborerons des contrats de service qui seront signés entre sociétés privées et institutions nationales et où, ces données climatiques seront fournies à périodicité régulière chaque jour, chaque semaine, chaque mois, en fonction de ce qui est la préoccupation du secteur privé », a rassuré Arnaud Zannou.
Pour le secrétaire général du ministère de l’Environnement en charge des Changements climatiques, Imorou Ouro-Djéri, l’atelier permettra de faire le point des produits climatiques afin d’amener le secteur privé à se les approprier. Il a appelé à la recherche des moyens pour que les catastrophes naturelles soient plutôt considérées comme des opportunités à saisir par le secteur privé. A cet effet, l’information climatique doit être mise en temps opportun, à la disposition des potentiels acteurs pour leur faciliter le travail. C’est le défi que le Projet SAP-Bénin doit relever pour permettre aux populations de s’adapter aux phénomènes climatiques. Tout en louant l’initiative du projet, le secrétaire général du ministère de l’Environnement en charge des Changements climatiques, a témoigné la reconnaissance du gouvernement béninois aux partenaires techniques et financiers dont le Fonds mondial pour l’environnement et le PNUD, pour leurs appuis.