Houéyogbé: Les raisons de la suspension du fonds Fadec

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Aux conseillers communaux en session hier, le maire Cyriaque Domingo a dit, au titre des divers, que le ministère en charge de la Décentralisation a instruit la tutelle de la commune aux fins de ne plus approuver ses dépenses dans le cadre de la consommation des subventions mises à disposition au titre du Fadec. Mais selon des sources proches du dossier, cette décision dont l’interprétation part dans tous les sens ne serait jamais intervenue si certaines dépenses n’ont pas été jugées hors du champ des recommandations. Cette appréciation qui, entre autres, fonde la décision du ministre fait suite aux résultats défavorables des récents audits commandités à la mairie de Houéyogbé en vue de s’assurer de la qualité des dépenses du fonds Fadec. En cause, plusieurs millions consacrés, notamment, à l’achat d’importants consommables tels que des poteaux électriques sans avoir requis, au préalable, l’aval de la tutelle. L’avis de la tutelle a tout son sens dans ce cas, dit-on, suivant le manuel de procédures qui encadre la consommation du fonds Fadec affecté ou non affecté.
Ensuite, si les secteurs d’investissement du Fadec affecté sont clairement précisés et proviennent des ministères sectoriels, le Fadec non affecté, quant à lui, est dédié aux besoins prioritaires des collectivités locales non sans l’approbation de l’autorité de tutelle.
Enfin, la décision s’entend telle une mesure conservatoire jusqu’à ce que le maire lève les réserves portées à l’encontre de sa gestion.
La sanction infligée à Houéyogbé ne constitue donc pas une fin en soi. Avant Houéyogbé, la commune de Grand-Popo, dans le même département du Mono, avait déjà connu cette malheureuse situation et l’a régularisée.
A rappeler que le fonds Fadec est l’un des plus importants outils du financement du développement des communes béninoises. Il est réglementé par un manuel de procédure dont la version 2015, après actualisation de celle de 2008, est en cours d’application depuis le 1er janvier 2016?

Désiré C. VIGAN A/R Mono-Couffo

LIRE AUSSI:  Digitalisation de l’administration publique au Bénin: Un gage de lutte contre la corruption