Hommage aux pères fondateurs de la psychologie à l’Uac:Trois enseignants émérites honorés

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


Le département de Psychologie de l’Université d’Abomey-Calavi et le Laboratoire de psychologie appliquée (Lpa) ont organisé un colloque international en hommage aux enseignants émérites qui ont fait rayonner cette science au Bénin. À travers ce colloque de trois jours démarré, mardi 26 janvier dernier, la communauté universitaire exprime sa reconnaissance aux professeurs Denis Amoussou-Yéyé, Bodéhou Gbènoukpo Dah-Lokonon et Rogatien Comlan Sègla, tous du département de Psychologie.

LIRE AUSSI:  Orientation dans l’enseignement supérieur et professionnel: Des futurs bacheliers outillés pour un meilleur choix de formation

Les professeurs Denis Amoussou-Yéyé, Bodéhou Gbènoukpo Dah-Lokonon et Rogatien Comlan Sègla du département de Psychologie ont été honorés à l’occasion d’un colloque international organisé en leur intention. Cette rencontre scientifqique se tient du mardi 26 au jeudi 28 janvier, dans l’amphithéâtre Idriss Déby Itno de l’Université d’Abomey-Calavi. Les participants venus de plusieurs pays vont se pencher sur le thème « Psychologie, culture et bien-être ».
Dr Sylvie de Chacus, présidente du comité d’organisation, directrice du Laboratoire de psychologie appliquée et vice-doyen de la Faculté des sciences humaines et sociales (Fashs), souligne tout l’intérêt de ce colloque. «Les sauces les plus délicieuses viennent des vieilles marmites », indique-t-elle avant de marteler qu’elle ne peut manifester le désir de poursuivre une mission sans s’en référer à ses pionniers au Bénin, à l’Université d’Abomey-Calavi. Ces derniers ne sont que les trois enseignants admis désormais à faire valoir leur droit à la retraite.

Ils ont marqué l’Université par leur management et la qualité de leurs enseignements dont beaucoup de leurs étudiants, amis et proches ont fait un témoignage vivant. «Ce colloque est une occasion d’exprimer en public aux professeurs Denis Amoussou-Yéyé, Bodéhou Gbènoukpo Dah-Lokonon et Rogatien Comlan Sègla toute notre admiration pour leur engagement dévolu en vue de l’éclosion de la psychologie au Bénin. Nos hommages pour leurs brillantes carrières, notre profonde gratitude pour leur présence toujours à nos côtés dans la science et sur d’autres fronts et nos regrets de ne plus les avoir à plein temps avec nous », fait savoir la présidente du comité d’organisation. Elle se réjouit d’être une des héritières privilégiées de la science de psychologie et des réalisations puis de la sagesse des enseignants émérites honorés par la communauté universitaire.
Partenaire du colloque, Mouhamadou Yarou, représentant le représentant résident de Plan Bénin, note que la psychologie scientifique, depuis son entrée au Bénin à travers l’Université d’Abomey-Calavi, fait son petit bonhomme de chemin aux côtés des autres disciplines. Bien que jeune science, poursuit le représentant du représentant résident de Plan Bénin, elle a beaucoup contribué au bien-être de nombreux concitoyens. Conseiller en éducation au bureau national de Plan Bénin, Mouhamadou Yarou confie que le rôle et l’utilité de la science psychologique ne sont pas encore perçus par tous malgré les nombreux efforts consentis par les spécialistes pour la faire connaître.

LIRE AUSSI:  Elections décanales: Nicaise Adomou et Clotilde Guidi élus à la tête de l’IUT à Lokossa

Il s’engage à échanger avec les participants sur le mécanisme de protection des enfants, des jeunes, en particulier des filles y compris en situation d’urgence, dans un contexte de propension des grossesses en milieu scolaire, d’échec et de décrochage, de traite et maltraitance des enfants, des discriminations sexistes… Ces phénomènes ne sont que des conséquences des faits de société, et seuls les psychologues peuvent aider à un changement de mentalité.
« Il y a des cérémonies auxquelles on est content de participer, surtout quand l’une de leurs préoccupations est de rendre hommage à des collègues de leur vivant », se réjouit Maxime da Cruz, recteur de l’Uac. Selon lui, être enseignant est un sacerdoce. Il en a profité pour remercier les initiateurs qui ont vu juste en rendant hommage aux enseignants de leur vivant. La conférence inaugurale du colloque a eu pour thème : « De l’idéologie de la santé parfaite à la réalité des expériences de bien-être : la santé à l’épreuve des diversités culturelles dans l’Afrique contemporaine ». Elle a été présentée par le professeur Abou-Bakari Imorou, socio-anthropologue.