Harcèlement sexuel au sein des médias:L’Upmb outille les femmes sur les mécanismes de prévention

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


L’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb) outille les femmes journalistes sur la thématique du harcèlement sexuel. C’est à la faveur d’un atelier de formation qui s’est déroulé, ce mercredi 9 décembre au siège de l’Upmb à Cotonou, avec l’appui d’Oxfam.

LIRE AUSSI:  Mise en oeuvre du projet Asphaltage: Les occupants des rues du projet sommés de déguerpir à Sèmè-Podji

Les femmes journalistes en savent désormais un peu plus sur les mécanismes de prévention et de répression du harcèlement sexuel. La formation organisée à leur intention, ce mercredi, par l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb) sur la thématique vise à les outiller sur le cadre légal de la dénonciation et de la répression du phénomène.
Selon Zakiath Latoundji, cette tribune est initiée dans le souci de contribuer à un environnement de travail sain pour les femmes des médias.
Le phénomène du harcèlement sexuel a la peau dure en dépit de l’arsenal juridique existant.
« Près de 70 % des femmes béninoises disent avoir subi au moins une fois dans leur vie une violence, selon une étude du ministère de la Famille et de la Solidarité nationale réalisée en 2009. Le phénomène avec le temps a malheureusement pris de l’ampleur malgré les différents textes et lois adoptés », se désole-t-elle.
Aucun effort n’est de trop pour en arriver à bout. « Jusqu’à présent, beaucoup d’actions ont été mises en place, mais aucune n’est jamais de trop, car la thématique de l’égalité des sexes a acquis une grande visibilité et importance », souligne Zakiath Latoundji.
Les seize jours d’activisme contre les violences basées sur le genre interviennent au bon moment pour sensibiliser les femmes des médias au sujet. D’où l’intérêt de l’Upmb pour la présente formation.
« La violence n’est pas que physique et Oxfam a souhaité en 2020 mettre à l’honneur les femmes influentes qui s’efforcent de sensibiliser leur communauté aux différentes formes de violences sexistes liées à l’accès aux ressources et aux perspectives d’avenir. Une importante entreprise à laquelle l’Upmb s’associe à travers l’implication active des femmes des médias, toutes catégories confondues du Bénin, car nombreuses d’entre nous sont également victimes de différentes formes de violences basées sur le genre au quotidien aussi bien en milieu professionnel que privé », ajoute-t-elle.
Deux communications ont meublé cet atelier. La première est intitulée « Les violences faites aux femmes : causes, conséquences et moyens de résistance au phénomène » et la seconde, « Cadre légal de la dénonciation et de la répression des violences faites aux femmes au Bénin ».

LIRE AUSSI:  Recensement administratif à vocation d’identification de la population: Prévoir une rallonge pour les retardataires