Gouvernance du Benin:L’Alliance pour une nouvelle gouvernance du Bénin ouvre le bal

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Depuis le lancement du dépôt des candidatures dans le cadre des prochaines élections législatives le 20 février dernier, aucun parti ou alliance de partis ne s’est manifesté jusqu’au lundi 23 février. Si ce n’est hier mardi vers 12h15mn avec l’Alliance pour une nouvelle gouvernance du Bénin représentée par Jean Kokou Zounon qui s’est signalée. C’était dans une ambiance de gaité et de sérénité.

LIRE AUSSI:  Développement à la base: Le cadre intégrateur de la commune d’Ifangni désormais opérationnel

Il était 12h15mn hier mardi. Le soleil dardait ses rayons. Après la fausse alerte de quelques visiteurs “inattendus”, les potentiels candidats ont fini par investir les lieux. Il aura suffi que la délégation descende du véhicule 4X4 pour que cameramen, journalistes et photojournalistes s’activent autour d’elle. Quelques mots ont pu lui être arrachés avant qu’elle ne se dirige vers les agents de la CENA chargés de recueillir les candidatures.

Le suspense aura donc duré jusqu’à hier midi quinze minutes. L’entrée à la CENA de Jean Kokou Zounon, représentant général de l’Alliance pour une nouvelle gouvernance du Bénin, y a mis un terme par le dépôt des dossiers des membres qui forment ladite alliance. Elle est composée du Parti communiste du Bénin (PCB), du Parti social démocrate Le Bélier (PSD-Le Bélier) et du Creuset pour le développement et le progrès.
Comme l’a dévoilé Jean Kokou Zounon, Thérèse Waounwa, Aboubakar Baparapé, Karl Hounyèmè sont quelques têtes de listes parmi tant d’autres que cette alliance a positionné.
Pour le représentant général, l’alliance va à la conquête et à la représentation du pouvoir pour que le 26 avril prochain, le peuple soit libéré ou aille de l’avant. Ainsi, poursuit Jean Kokou Zounon, «On gagne ensemble ou on perd ensemble ; on était prêt depuis, puisque en tant que combattants, nous sommes toujours sur le terrain ; mais on pensait que ceux qui se disent forts allaient ouvrir le bal mais c’est dommage».
Il s’agit pour lui, de mettre fin avec cette alliance à la fraude électorale afin que le pays ait des députés capables de légiférer pour mettre également fin à la mauvaise gouvernance, à la fraude dans les concours et les marchés publics.
Il a déclaré avoir apprécié la rigueur avec laquelle les agents ont procédé à la réception des dossiers. Une réception ou dépôt de dossiers dont s’est réjoui Emmanuel Tiando, président de la CENA qui pense que ce dépôt enclenche la mise en route effective du processus.

LIRE AUSSI:  Gestion du contentieux des communales 2020: La Cour suprême fait le bilan (263 recours reçus et vidés)

Il a déclaré que la confection des listes est un exercice très ardu pour les partis ou alliances de partis. «Je ne suis pas pessimiste; vous savez que les partis politiques attendent la dernière minute pour se présenter à la CENA. Jusqu’à minuit, nous sommes là pour les accueillir», a lancé le président de la CENA, assurant que toutes les conditions de sécurité, de transparence et d’équité sont réunies pour recueillir les candidatures qui se seront manifestées dans les délais, c’est-à-dire jusqu’à minuit.