Gestion intégrée des espaces frontaliers: Le Bénin entend apporter des réponses précises et durables

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Sacca Lafia, a ouvert mardi 7 juin à Cotonou, un mini-forum sur la gestion intégrée des frontières béninoises. C’est en prélude à la célébration de la “Semaine des frontières béninoises” que le pays a pris l’option de l’organiser en lieu et place d’une simple journée.

LIRE AUSSI:  Négociations pour une issue à la fronde sociale: Le gouvernement fait des concessions, les syndicalistes aviseront

Face à la problématique de la gestion intégrée des frontières, l’État béninois apporte des réponses précises et durables par des actions entrant dans le renforcement de la défense de l’intégrité du territoire national et la sécurisation des espaces frontaliers. C’est ce qu’a déclaré le ministre Sacca Lafia, ouvrant le forum organisé à l’occasion de la semaine des frontières, par l’Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers. Il a poursuivi que les pouvoirs publics dans le même cadre veillent à la réduction de la pauvreté et l’amélioration de la qualité de vie des populations frontalières, à la promotion de la coopération transfrontalière en vue de consolider les relations de bon voisinage, l’intégration régionale et panafricaine, puis la mise en place d’un cadre institutionnel pour la gestion intégrée des espaces frontaliers.

Cette politique vise à moyen et long termes, selon le ministre de l’Intérieur, l’aménagement équilibré et harmonieux du territoire national, mais aussi le renforcement de la paix, de la sécurité et de la coexistence pacifique des peuples du Bénin et ceux de ses pays voisins. Désormais, retient Sacca Lafia, cette politique permet aux territoires frontaliers de cesser d’être des marges territoriales où les besoins des populations sont insuffisamment pris en compte dans les priorités nationales.
Dans le domaine de la défense de l’intégrité du territoire national, informe le ministre de l’Intérieur, 11 localités frontalières jadis litigieuses et administrées par les pays voisins sont récupérées grâce aux actions de l’ABeGIEF.
S’agissant de la sécurisation, une unité d’élite de la police nationale dénommée “Unité spéciale de surveillance des frontières“ (USSF) a été créée au sein de la police nationale, à l’initiative de l’Agence, pour servir de police de proximité et protéger les personnes et les biens dans ces espaces sensibles et géostratégiques.
Pour améliorer les conditions de travail des Forces de défense et de sécurité intervenant dans ces secteurs, 27 commissariats et postes avancés frontaliers, 15 brigades de gendarmerie, 3 postes de sécurité ont été construits par l’agence, le tout équipé d’énergie solaire, relève le ministre Sacca Lafia. Environ 310 motos et 10 véhicules de patrouille, énumère-t-il, ont été mis à la disposition pour faciliter le déplacement desdites forces.
Dans le domaine de la coopération transfrontalière, de nombreux efforts sont fournis par l’Agence pour améliorer les relations de bon voisinage entre les peuples frères du Bénin et de ses voisins, puis soutenir les activités génératrices de revenus des couches vulnérables.

LIRE AUSSI:  Négociations pour une issue à la fronde sociale: Le gouvernement fait des concessions, les syndicalistes aviseront

Grande criminalité transfrontalière

Malgré ces avancées significatives, a fait remarquer le patron de la sécurité, beaucoup restent à faire dans notre environnement marqué par la recrudescence de la grande criminalité transfrontalière, de l’extrémisme violent et le développement du terrorisme.
L’objectif général poursuivi par l’organisation d’une semaine de célébration, a expliqué Marcel Ayité Baglo, directeur général de l’ABeGIEF, est de faire des espaces frontaliers, des pôles d’intégration sous-régionaux et de développement socio-économique et culturel. Il s’agit d’informer et de sensibiliser suffisamment les populations et les différentes parties prenantes sur la gestion de nos espaces frontaliers, notamment sur les nombreuses actions que l’Agence mène pour faire de ces espaces de véritables passerelles de développement durable.
Pour Matthew Lappe, représentant du diplomate américain, son ambassade prend du plaisir à travailler avec le gouvernement du Bénin pour sécuriser ses frontières. Elle souhaite continuer cette collaboration pour s’assurer que la mission assignée à l’ABeGIEF est bien accomplie.
Quant à Walter L. von den Driesch, diplomate allemand, il a salué l’engagement des autorités béninoises à sécuriser leurs frontières et la pertinence d’une pareille démarche. Il a réitéré son soutien et promis d’accompagner le Bénin à travers l’ABeGIEF.
Plusieurs communications ont suivi pour approfondir et aider à mieux cerner la problématique de la gestion intégrée des espaces frontalier. Pour la semaine qui se déroule du 6 au 12 juin, des émissions débats télévisés et radiophoniques sur les questions de frontières, la diffusion d’éléments audiovisuels et des inaugurations d’infrastructures réalisées par l’ABeGIEF seront organisées sur le thème, « Frontières bien gérées, source de fierté patriotique ».?