Frontière bénino-burkinabè à Kérémou: Un mort et un blessé après l’attaque d’un poste de police

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


La quiétude des populations de Kérémou, une localité située à la frontière entre le Bénin
et le Burkina Faso, dans la commune de Banikoara, a été perturbée hier, dimanche 9 février, suite à l’attaque d’un poste de la Police républicaine. Outre le décès d’un agent qui était en service et d’un autre grièvement blessé, on déplore également d’importants dégâts matériels.

LIRE AUSSI:  Sabotage des installations de la SONEB à Akpakpa:A qui profite le crime ?

Un policier calciné, un autre grièvement blessé par balles et évacué à l’hôpital de zone de Kandi, quatre engins, puis le poste de police incendié. Tel est le bilan non officiel enregistré, après l’attaque du poste de police avancé de Kérémou, une localité située vers la frontière entre le Bénin et le Burkina Faso, à 13 km au nord-ouest de la commune de Banikoara et à près de 700 km au nord de Cotonou, dimanche 9 février, tôt le matin.
Selon les sources sécuritaires, l’attaque a eu lieu vers 2 heures. Il n’y avait que quatre agents présents, lorsque des hommes armés, au nombre d’une dizaine, ont fait irruption à moto, puis commencé par tirer sans sommation, provoquant la débandade en leur sein. Face à cette situation, deux policiers réussiront à se tirer d’affaire. Leurs deux autres collègues ont été moins chanceux.
Pour l’heure, l’on ignore encore les réels motifs de l’attaque, ainsi que l’identité des assaillants et leur lieu de provenance. En attendant, la Police républicaine et l’armée, sous le commandement de leurs hiérarchies respectives s’activent depuis hier sur le terrain pour élucider les tenants et les aboutissants de cette attaque.
Pour apprécier la situation, une délégation du gouvernement conduite par le préfet de l’Alibori, Mohamadou Moussa, s’est aussitôt rendue dans la localité. Elle a saisi l’occasion pour rassurer les populations.

LIRE AUSSI:  Projets en faveur de Ouidah: Décryptage des impacts par Constant Glèlè Agbidinoukoun