Forum sur la révolution verte en Afrique: Les systèmes et marchés alimentaires durables au menu

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Le dixième Forum sur la révolution verte en Afrique (Agrf 2020) s’ouvre ce mardi en ligne, en raison de la Covid-19. Les échanges visent à « tirer parti des marchés alimentaires urbains pour mettre en place des systèmes alimentaires durables en Afrique ».

LIRE AUSSI:  Programme du Fmi pour l’atteinte des Odd: Le Bénin et le Rwanda retenus en Afrique pour en bénéficier

Du 8 au 11 septembre, se déroule la dixième édition du Forum sur la révolution verte en Afrique (Agrf 2020). Organisée par l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (Agra) en partenariat avec plusieurs institutions dont la Banque africaine de développement (Bad), cette conférence mondiale sur l’agriculture en Afrique devrait se tenir à Kigali, la capitale rwandaise; mais elle a lieu essentiellement en ligne pour la première fois, en raison de la pandémie de Covid-19. Les échanges se dérouleront autour du thème « Nourrir les villes, développer le continent : Tirer parti des marchés alimentaires urbains pour mettre en place des systèmes alimentaires durables en Afrique ».
Le forum se tient dans un contexte où la crise sanitaire et économique sape les bases déjà fragiles de la sécurité alimentaire et nutritionnelle sur le continent. Malgré les signes de prospérité et de progrès enregistrés dans la vie des exploitants et des économies entières ces dernières années, l’Afrique doit encore passer d’une pénurie alimentaire à un excédent, stimuler un commerce continental bénéfique et créer des millions d’emplois et d’opportunités, en particulier pour les femmes et les jeunes, selon Wambui Gichuri, vice-président par intérim de la Banque pour l’agriculture, les affaires humaines. L’enjeu est encore plus important face aux effets du réchauffement climatique et à la forte croissance démographique à travers le continent.
Face aux perturbations, le soutien des pouvoirs politiques s’avère important en direction des petites et moyennes entreprises qui sont dans l’exploitation et la transformation agricole. Il s’agit d’améliorer la circulation des intrants et des aliments, d’accroître la production et l’accès à des aliments sains et nutritifs, de créer des équipes spéciales sur la sécurité alimentaire dans les pays, et de renforcer la capacité des organisations régionales à suivre les initiatives multinationales, préconise Wambui Gichuri.
La rencontre réunira des chefs d’État ainsi que des représentants des gouvernements, de la société civile, du secteur privé et des communautés de recherche. Elle s’articule autour d’une dizaine de plateformes et groupes de travail thématiques portant sur des questions relatives aux investissements publics et privés dans l’agriculture, au commerce intra-africain et au fonctionnement des marchés nationaux et régionaux, à l’expansion de l’agro-industrie locale et des chaînes de valeur. Entre autres, l’accent sera mis sur les politiques et les investissements pour l’irrigation, la mécanisation, la transformation agricole, les systèmes alimentaires et nutritionnels.
L’augmentation de la capacité des ménages agricoles et des systèmes agricoles à mieux se préparer et à s’adapter aux chocs, sera également au menu des discussions, ainsi que les politiques efficaces et intégrées et la digitalisation pour le partage des outils et connaissances agricoles, et la promotion de l’emploi des jeunes et des femmes dans le secteur.

LIRE AUSSI:  Justice et Etat de droit: Les hauts magistrats d’Afrique francophone en recyclage à Porto-Novo