Financement de la Banque mondiale au Bénin:10 milliards F CFA pour rendre le secteur privé compétitif

Par LANATION,

  Rubriques: Economie |   Commentaires: Aucun


Le groupe de la Banque mondiale a approuvé, la semaine dernière, un financement de plus de 10 milliards F CFA au profit du Bénin. Ce fond est destiné à renforcer la compétitivité du secteur privé béninois.

LIRE AUSSI:  Parité de la monnaie unique de la Cedeao en perspective avec l’euro : « Il n’y aura pas de changement immédiat », selon Alassane D. Ouattara

20 millions de dollars, soit plus de 10 milliards de francs CFA ! C’est le montant du crédit que le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé, le 17 mars dernier, au profit du Bénin. Ces ressources visent à dynamiser les efforts du pays en faveur de la promotion de la bonne gouvernance et du renforcement de la compétitivité du secteur privé. Plus précisément, la Banque entend aider le Bénin à lever les obstacles à l’investissement et à limiter les mesures ayant un effet de distorsion, dans l’optique de la transformation structurelle et de la dynamisation de la croissance du pays.
Le financement représente le dixième crédit d’appui à la réduction de la pauvreté (PRSC-10). Il est la deuxième d’une série de trois opérations d’appui aux politiques de développement qui visent à accélérer et à élargir les opportunités de croissance équitable en remédiant aux principaux problèmes liés à la gouvernance, à la gestion des finances publiques et aux réformes du climat des affaires. « Le PRSC-10 va renforcer le cadre légal des affaires, qui sera propice à l’investissement dans les secteurs les plus prometteurs du pays », indique Ousmane Diagana, directeur des opérations de la Banque pour le Bénin. Il s’agira surtout, poursuit-il, de s’investir dans les mesures essentielles pour faciliter la transformation structurelle de l’économie béninoise et stimuler en permanence la croissance du Bénin. Ces mesures concernent l’élimination des barrières administratives à l’investissement et au développement de l’économie formelle, l’abaissement des coûts de transaction, l’atténuation des goulots d’étranglement liés aux infrastructures et l’instauration des mêmes règles pour tous les acteurs, grâce à la limitation des politiques ayant un effet de distorsion.
Selon la Banque mondiale, ce nouveau programme d’appui budgétaire, pleinement en phase avec la troisième Stratégie pour la croissance et la réduction de la pauvreté du Bénin, devra contribuer à améliorer la gestion des finances de l’État, en vue de promouvoir la bonne gouvernance et la responsabilisation du secteur public. « Il se concentrera essentiellement sur les procédures d’exécution du budget et sur celles régissant les marchés publics, tout en accompagnant les efforts axés sur la bonne gouvernance et sur la lutte contre la corruption », informe l’institution financière internationale. Les ressources allouées vont aussi renforcer la compétitivité du secteur privé en améliorant l’environnement des affaires, les activités portuaires, ainsi que l’efficacité de l’administration douanière, et en favorisant la croissance et la diversification de l’agriculture.
L’efficacité du service public et la saine gestion des finances publiques constituent des conditions sine qua non pour la réussite des objectifs du PRSC-10, alerte la Banque mondiale. Ousmane Diagana soutient : «Pour encourager la croissance, l’Etat ne doit pas seulement instaurer un cadre permettant au secteur privé de prospérer ; il doit également proposer des services publics efficaces, qui maximiseront l’impact des recettes financières disponibles». Et de conclure en ces termes : «une gouvernance solide et une gestion des finances publiques responsables, ancrées dans un engagement de transparence et de responsabilisation, sont cruciales pour une prospérité partagée par le plus grand nombre, et pour une croissance permettant un recul réel de la pauvreté au Bénin».

LIRE AUSSI:  Inflation dans l’Uemoa: Hausse du niveau général des prix en mars