Fièvre hémorragique Lassa dans le Borgou et environs: Sept décès pour quatorze cas suspects déjà enregistrés

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubriques: Santé |   Commentaires: Aucun| 27 lecteurs


L’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Lassa qui sévit dans le Borgou et environs, a déjà fait sept morts. Dans le but de circonscrire le mal, les autorités sanitaires sensibilisent sur les manifestations et surtout les comportements à adopter afin d’éviter la contamination.

LIRE AUSSI:  Survie de la mère, du nouveau-né et de l’enfant : Le Bénin dispose désormais d’un Plan intégré de communication

Sept morts pour quatorze cas suspects enregistrés dans les localités dans les localités de Kassouala, Tchaourou centre et Ouèssè, c’est le bilan provisoire des affres de l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Lassa. Dans la nuit du jeudi au vendredi dernier, un patient, en l’occurrence un agent des agents de santé suivis à l’hôpital de Papané, est décédé, a annoncé Dr Fatioulaye Issa Djibril, directeur départemental de la Santé du Borgou-Alibori, au cours d’un point de presse animé vendredi 29 janvier dernier à Parakou. Il s’agit précisément de celui dont les analyses au Nigeria ont révélé que son sang portait le dangereux virus.

Les autorités sanitaires ont porté à l’attention des hommes des médias les informations nécessaires afin que les populations soient sensibilisées sur les manifestations de la maladie et surtout les comportements à adopter afin d’éviter la contamination et la propagation de la maladie. Pour ce qui est des symptômes, la maladie à virus Lassa commence par une forte fièvre chez l’individu qui a été en contact avec un malade ou ayant manipulé la viande, l’urine ou les excréments du gibier contaminé, notamment le rat et les rongeurs qui portent le virus, confie Dr Albert Comlan Dovonou. Le patient sent ensuite des céphalées, lesquels maux de tête peuvent être suivis d’un mal de gorge (dysphagie) et des difficultés de respiration. Il peut avoir des douleurs au thorax et à l’abdomen, une perte d’appétit (anorexie), des nausées et vomissements avec des traces de sang et la diarrhée, poursuit-il. Aussi, le malade présente-t-il ensuite une myalgie généralisée : des douleurs dans les muscles et les articulations, une extrême fatigabilité, et est très mal-en-point.

LIRE AUSSI:  Survie de la mère, du nouveau-né et de l’enfant : Le Bénin dispose désormais d’un Plan intégré de communication

Des mesures de précautions

Catherine Ali, chef service hygiène et assainissement de base du Borgou, insiste sur les mesures d’hygiène nécessaires qui doivent s’observer au niveau communautaire et au niveau des formations sanitaires, afin de pouvoir surpasser cette maladie. Dans les communautés, le lavage régulier des mains à l’eau et au savon ou avec la cendre si le savon n’est pas disponible, l’observance d’une hygiène corporelle et vestimentaire, sont préconisés. Il est demandé aux chefs de quartiers et de village et autres notables des localités de signaler tous les cas de maladie et de décès brutal pour un enterrement sécurisé et une désinfection du corps, du domicile, des habits et autres objets du défunt. Les populations sont priées d’éviter en cette période la chasse aux rongeurs et la consommation de la viande de brousse, de conserver les céréales à l’abri des rongeurs susceptibles de développer la maladie, de ne pas se serrer la main lors des salutations. L’hygiène autour des habitations doit être également de mise.
Au niveau des formations sanitaires, conseille Catherine Ali, les agents doivent être toujours dans leur tenue de travail (blouse et gants) et éviter de porter la main au visage au cours du traitement d’un malade. Après tout contact avec les malades, le personnel devra toujours se laver proprement les mains à l’eau et au savon et aussi les frictionner avec une solution hydro-alcoolique. Les objets utilisés ne doivent pas être jetés à la portée des enfants ou des usagers du centre de santé, mais ils doivent être incinérés conformément aux normes, insiste-t-elle. Aussi, faut-il donner au maximum des inspections sanitaires c’est-à-dire surveiller l’hygiène au niveau des salles de santé, des poubelles, des incinérateurs et veiller à ce que tout soit régulièrement désinfecté. ?