Feux répétés dans la forêt de la Lama: Actes criminels ou accidentels ?

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Depuis quelques semaines, la forêt classée de la Lama brûle. Pas de jour sans feu. Hier, jeudi 13 février, une bonne superficie de plantation était encore en feu. Les agents de l’Office national du Bois (Onab), les forestiers et autres soldats du feu luttent parfois impuissants face aux langues de feu qui ravagent les plantations.

LIRE AUSSI:  Mutilations génitales féminines: Un phénomène dangereux pour la santé des filles et des femmes

Incendies criminels ou accidentels ? La question taraude les exprits des agents forestiers en poste dans la forêt classée de la Lama qui, visiblement, n’en peuvent plus de lutter contre plusieurs foyers de feu au même moment. De plus en plus préoccupés par les sources des flammes qui ravagent d’un point à un autre la forêt, les agents des forêts n’écartent aucune piste.
Hier jeudi 13 février, lors d’une visite dans la forêt qu’effectuaient les procureurs et présidents des tribunaux de Djougou, d’Abomey, d’Allada et de Pobè, c’est un incendie qui s’est encore annoncé dans la Lama précisément dans l’arrondissement de Djigbé. La délégation de magistrats est tombée fortuitement sur le cas d’hier où le feu dévorait une bonne partie des plantations.
Le directeur général de l’Onab, Daouda Takpara et son équipe, et même certains magistrats n’ont pas eu d’autre choix que de se mettre à lutter contre le feu qui avançait à la vitesse du vent. Il fallait tout faire pour circonscrire le feu dévorant par des techniques du feu de renvoi.
A l’occasion, chacun a pu constater les dégâts causés par un feu de brousse, d’origine douteuse, qui devient fréquent depuis plusieurs jours dans ce réservoir naturel de biodiversité situé dans les communes de Zogbodomey et de Toffo. Des feux de plus en plus répétés qui pourraient bien être des actes criminels, conséquence, soupçonnent certains, de frustrations au sein des communautés riveraines associées à la gestion de la forêt.
En l’espace de quelques jours, plus de 15000 hectares de plants sont détruits, 3000 mètres cubes de bois sont calcinés et la conséquence sur la faune est incalculable. Des centaines d’animaux et d’insectes sont pris au piège du feu, regrettent les responsables des Eaux et Forêts.

LIRE AUSSI:  Lokossa: Cinq présumés cybercriminels interpelés