Fermeture de carrières illégales de ressources minérales:La protection de l’environnement en jeu

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun


Des mesures de fermeture de carrières illégales de ressources minérales ont été approuvées par le Conseil des ministres du mercredi 9 décembre. Le relevé de cette réunion hebdomadaire du gouvernement souligne la nécessité de préserver l’environnement à travers le respect de la règlementation en vigueur en la matière.

LIRE AUSSI:  Gestion des déchets pneumatiques: De fortes actions de valorisation et de protection de l’environnement

« Le constat général, en matière de carrières d’exploitation de ressources minérales dont le sable, la latérite, le gravier roulé, les pierres et les substances précieuses, révèle que dans la plupart des communes, les sites sont ouverts au mépris de la règlementation en vigueur », a fait constater le Conseil des ministres de ce mercredi 9 décembre. En conséquence, poursuit le relevé du Conseil des ministres, ces activités incontrôlées engendrent non seulement des dégâts au plan environnemental mais aussi sont sources d’insécurité, à cause de la recolonisation non maîtrisée des sites antérieurement fermés.

« En vue d’y mettre définitivement fin, le Conseil a instruit les ministres concernés à l’effet de procéder au recensement exhaustif des carrières clandestinement ouvertes dans les communes aux fins de délivrer des autorisations d’ouverture et d’exploitation artisanale à celles qui seront éligibles, mettre en place des équipes de veille pour prévenir en temps utile, l’ouverture et l’exploitation de carrières clandestines sur toute l’étendue du territoire national, et instituer des brigades mobiles de contrôle, chargées de faire appliquer la règlementation en vigueur en la matière », décide le gouvernement. Les maires sont responsabilisés pour la délivrance des autorisations d’ouverture et d’exploitation de carrières sur le territoire de leurs communes respectives. Ils devront veiller sans complaisance, à l’interdiction formelle d’activités des carrières non autorisées, insiste le gouvernement.

LIRE AUSSI:  Protection des zones humides au Sud-Bénin: Les écosystèmes du Grand Nokoué à l’épreuve des pressions anthropiques