Faux en écriture et usage de faux:Trois fraudeurs au Baccalauréat démasqués et exclus pour cinq ans

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


L’Office du Baccalauréat vient d’exclure pour cinq ans, trois candidats qui ont rusé avec le dispositif anti-fraude mis en place autour du premier diplôme universitaire. Alors qu’ils se sont crus assez malins et ont embauché des “mercenaires” pour composer à leurs places à la dernière session de cet examen, les nommés Iliassou Arèmou Samos Worou, Adjété Romaric da Silveira et Eric Koffi Kponon sont interdits de se présenter à cet examen pour cinq ans.

LIRE AUSSI:  Grossesses en milieux scolaire et extrascolaire: Une campagne pour éradiquer le phénomène

“Il est retiré aux nommés Worou Arèmou Samos Iliassou, élève du collège privé La cité de la réussite/Kandi, candidat au Baccalauréat série D, année 2014, numéro de table 46-C8-949, da Silveira Adjété Romaric, candidat libre au Baccalauréat série A2, année 2014, numéro de table 141-A37-1108 et Kponon Eric Koffi, élève du collège privé La convergence/Bembèrèkè, candidat au Baccalauréat série G2, année 2014, numéro de table 238-B1-833, l’admission au Baccalauréat obtenue lors de la session de juin 2014. Ceux-ci sont interdits de se présenter comme candidats à l’examen du Baccalauréat pendant une période de cinq (5) ans».

Cette décision prise par l’Office du Baccalauréat que dirige Alphonse da Silva et rendue publique hier, vise à décourager les pratiques frauduleuses autour des examens en général et tout particulièrement autour du Bac. De telles pratiques étant devenues récurrentes ces dernières années en dépit des dispositions prises pour les contrer. Certains candidats, semble-t-il, n’ont pas encore intégrés cette réalité et on pourrait dire que c’est le cas pour Iliassou Arèmou Samos Worou, Adjété Romaric da Silveira et Eric Koffi Kponon dont les manœuvres frauduleuses ont été mises à nu par les responsables en charge de cet examen. Selon les informations, ces trois candidats ont commis le service de certains individus qui ont fait délivrer de fausses pièces d’identité en leur nom à d’autres qui ont reçu pour mission d’aller plancher à leur place à la dernière session du Bac.
La manœuvre aurait déjà échoué s’ils n’avaient pas bénéficié de la complicité de certains responsables d’établissement qui les ont aidés à tricher avec les photos à déposer au niveau des dossiers de candidature. La culpabilité desdits responsables a été aussi établie et comme sanction, conformément aux articles 2 et 13 de l’arrêté interministériel N° 94/MESRS/MESFTPRIJ/DC/SGM/OB/SPC du 24 juin 2014 portant répression
des fautes, fraudes, tentatives de fraudes et autres infractions à l’occasion de l’organisation et du déroulement de l’examen du Baccalauréat en République du Bénin, «les différents responsables des collèges privés «La cité de la
réussite/Kandi» et «La convergence/Bembèrèkè», complices pour avoir validé les dossiers des candidats fraudeurs et remis les convocations aux candidats mercenaires sont interdits de participation aux activités du Baccalauréat pendant une période de cinq (5) ans». Malgré cette complicité entre candidats fraudeurs, mercenaires et responsables d’établissement, le dispositif post-délibération de l’Office du Baccalauréat a permis de les démasquer; notamment au niveau du scanning des photos sur le relevé de notes, l’attestation du bac et le diplôme du bac et surtout à l’occasion de l’inscription dans les universités.

LIRE AUSSI:  Regard d’un observateur sur 60 ans d’indépendance: « Le Bénin a fait un très bon parcours », soutient Roger Gbégnonvi

Une fois l’alerte donnée, les établissements concernés ont fait l’objet de vérification et les responsables écoutés. Ce qui a permis de conclure à un faux. Entre temps, un communiqué radio en date du 5 février dernier invitait les nommés Iliassou Arèmou Samos Worou, Adjété Romaric da Silveira et Eric Koffi Kponon “à se présenter à l’Office du Baccalauréat au plus tard le 11 février pour la validation de leur admission». Mais ils n’y sont jamais allés, ce qui a obligé l’office du BAC, «nonobstant les poursuites judiciaires qu’encourent les intéressés et leurs complices» à les éloigner du BAC et de ses activités pour une période de cinq ans.