Exposition «Saint-Coran en 60 langues et littérature islamique» :Les valeurs de l’islam exaltées à travers divers ouvrages

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun


«L’amour pour tous, la haine pour personne», tel est le message que la communauté Jama’at islamique Ahmadiyya entend passer à travers une exposition du saint-coran traduit en 60 langues et des ouvrages divers sur la religion musulmane, qui se tient à Parakou. Le vernissage a lieu samedi 28 février dernier à la place Bio Guéra.

LIRE AUSSI:  Soirée des étoiles 2016 : D’importants lots offerts à Miss Bénin et aux finalistes

Le Coran en français, anglais, russe, espagnol, perse, dioula, japonais, igbo, grec, tchèque…, des livrets de prières quotidiennes et occasionnelles, de versets coraniques, des ouvrages sur «La vie du prophète Muhammad», «Les dix conditions de la Bai’ah et les responsabilités d’Ahmadi», «La véritable histoire de Jésus», «La philosophie des enseignements de l’islam», «Le gouvernement britannique et le djihad», etc. Ce sont quelques documents disponibles sur les stands de l’exposition «Saint Coran en 60 langues et littérature islamique» qui se tient du 28 février au 4 mars prochain à Parakou.

Le but visé, à en croire le président de la Jama’at islamique Ahmadiyya du Bénin, Ahmad Rana Farooq, est d’aider les musulmans à approfondir leurs connaissances sur l’islam afin de mieux le pratiquer et les non musulmans à découvrir les valeurs prônées à travers cette religion que sont : la paix, l’amour, la soumission à la volonté de Dieu, la tolérance interreligieuse. Il sera appuyé par le président de la Jama’at islamique Ahmadiyya de Parakou, El hadj Ibrahim Hamza Ognibo qui indique que l’exposition parle de la grandeur de Dieu et de la nécessité de sa crainte par les hommes en vue du salut. Elle se tient dans un contexte où l’islam traverse une turbulence née de la mauvaise compréhension de certaines personnes, souligne-t-il, allusion faite à la secte Boko Haram qui sévit dans le Nord du Nigeria et du Cameroun et au Sud du Niger.

LIRE AUSSI:  Arts plastiques: Le diplomate marocain Mohamed Zine Elabidine se révèle

Les hommes passent mais les paroles de Dieu contenues dans les documents resteront, insiste-t-il.
Le préfet du Borgou-Alibori, Salamatou Kora Ponou, se réjouit de cette vulgarisation du saint-coran en cette période pré-électorale où les uns et les autres doivent cultiver davantage l’amour du prochain, l’amour de la patrie et l’amour du travail bien fait. «L’islam, c’est l’amour, c’est la paix, c’est le développement», affirme la musulmane pratiquante, en invitant le public de Parakou et de ses environs à effectuer le déplacement de la place Bio Guera pour mieux s’informer sur cette religion et ses valeurs. Malheureusement, aucun des livres exposés n’est écrit dans les langues locales.