Examen du Cap: Le ministre Mahougnon Kakpo lance les épreuves à Bohicon

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


Les candidats à l’examen du Certificat d’aptitude professionnelle (Cap) planchent depuis hier lundi 22 juin sur toute l’étendue du territoire. C’est le Lycée technique de Bohicon qui a accueilli le lancement officiel des épreuves sous l’égide de Mahougnon Kakpo, ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle (Mestp).

LIRE AUSSI:  Suspension de la grève par des centrales syndicales: Statu quo dans les écoles et collèges à Porto-Novo

Ils sont 4875 candidats à composer dans les filières telles que Sciences et techniques industrielles, Economie familiale et sociale, Hôtellerie et restauration, et les Sciences et techniques des métiers d’art pour le compte de l’examen du Cap 2020, ce lundi matin. Pas une goutte de pluie sur ce centre d’examen de la ville de Bohicon. Déjà à 7 h, plusieurs officiels y attendaient le ministre Mahougnon Kakpo. Le préfet Firmin Kouton, le maire de Bohicon, Rufino d’Almeida, ses adjoints et les directeurs techniques du ministère.
Mahougnon Kakpo a saisi l’occasion pour s’assurer au niveau aussi bien des candidats que des surveillants que toutes les dispositions sont prises afin que le déroulement de l’examen ne souffre d’aucune défaillance. Et que les mesures barrières prescrites sont aussi respectées dans ce contexte de pandémie.
Présentant les statistiques pour cet examen, le directeur des Examens et Concours, Roger Koudoadinon, annonce que le centre de Bohicon compte 483 candidats pour les six filières. Puis, il fait observer qu’avec 4875 candidats au plan national, l’effectif des candidats au Cap cette année a connu une augmentation de 1,92 % par rapport à l’année dernière où il était de 4783.
Le ministre a dit sa satisfaction aux responsables face à l’organisation mise en place. Puis, il exhorte les chefs centre et les surveillants à être plus responsables et à veiller au strict respect des règles. Le but, dit-il, n’est pas de prendre les tricheurs mais de tout faire pour empêcher que les candidats aient la moindre opportunité de tricher.
C’est après s’être assuré que tout est en place que le ministre Mahougnon Kakpo lance officiellement les premières épreuves. S’adressant aux candidats, il les a rassurés que le Cap est un examen et qu’il faut se concentrer sur les épreuves pour rendre ce qui est appris.
Donnant ses impressions à l’issue du lancement des épreuves, le ministre en charge de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle s’est déclaré « satisfait de l’organisation mise en place avec des surveillants et des candidats qui ont tous leurs masques et avant d’entrer dans l’établissement, il y a le dispositif de lavage de mains ».
Il a exhorté les candidats, les surveillants ainsi que les secrétaires au respect de toutes les règles barrières pour éviter la propagation de ce virus qui, selon lui,
« envahit de plus en plus ».
Mahougnon Kakpo s’est aussi réjoui des résultats portés par les réformes en marche dans ce sous-secteur.

LIRE AUSSI:  Dialogue social à l’enseignement secondaire: Le Cnds outille les membres du Conseil sectoriel