Espérant Noutaï, président du Comité d’organisation de l’AG de l’AICESIS: «Nous voulons dire à la face du monde ce qu’est le CES»

Par LANATION,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le Bénin abrite du 15 au 16 septembre prochain, les travaux de l’Assemblée générale de l’Association internationale des Conseils économiques et sociaux et institutions similaires. En prélude à ces assises, Espérant Noutaï, président du Comité d’organisation, expose les enjeux du rendez-vous de Cotonou.

LIRE AUSSI:  Ministère en charge des Affaires étrangères:Nassirou Bako-Arifari fait le bilan de six mois de l’action dilpomatique

La Nation : Le Bénin abrite les 15 et 16 septembre, l’Assemblée générale de l’AICESIS. Quelle est l’importance d’un tel événement pour vous ?

Espérant Noutaï : L’AICESIS, d’abord, c’est l’Association internationale des Conseils économiques et sociaux et institutions similaires. Le Bénin est un petit pays qu’il est difficile de situer lorsqu’on est à l’extérieur. Mais nous sommes proactifs au sein de l’AICESIS. C’est peut-être une récompense pour nous et une fierté de voir notre pays désigné au cours de l’Assemblée générale de 2015 pour abriter la session de 2016. C’est une fierté pour un petit pays par rapport à la Russie qui a abrité le même événement l’année dernière. L’enjeu pour nous, c’est d’abord permettre à nos hôtes de connaître, de découvrir ce pays d’Afrique, de permettre également au peuple béninois et à nos populations qui ne savent pas très bien le rôle et la mission dévolue au CES, de s’informer sur l’importance de cette institution. Vous vous rappelez, il n’y a pas si longtemps que cela, au cours des travaux de la commission pour les réformes politiques et institutionnelles, tout a été bien et mal dit sur le CES. C’est l’occasion de dire à la face du monde ce qu’est le CES. A travers cette Assemblée générale, on comprendra que le CES n’est pas qu’au Bénin, qu’il en existe un peu partout dans le monde. Les missions dévolues au CES du Bénin sont les mêmes que celles des CES du monde.
Le rôle des CES et institutions similaires dans la lutte contre les inégalités liées à la pauvreté, c’est le thème de cette Assemblée générale. Pourquoi avoir choisi de se prononcer sur cette thématique ?
Le Conseil économique et social est une institution de veille aux plans économique, social, culturel, voire environnemental. Les CES se penchent beaucoup plus sur les problèmes liés au bien-être des populations. Aujourd’hui, nos populations sont confrontées à des problèmes de divers ordres. L’Assemblée générale de 2015 à Moscou a retenu ce thème pour permettre aux délégués qui prendront part aux travaux de cette année de discuter des problèmes liés à l’accès des populations aux soins de santé, à l’éducation, à l’eau potable, à l’électricité, à la formation et surtout à l’emploi des jeunes, la lutte contre la chômage. Voilà autant de problèmes qui ont conduit les délégués de 2015 à retenir ce thème pour les travaux de cette année. L’Assemblée générale va sans doute déboucher sur des recommandations relatives à ces préoccupations.

LIRE AUSSI:  Enseignement supérieur : Le calendrier universitaire réaménagé

Avez-vous prévu une démarche de plaidoyer à l’endroit des Etats ?

Le Conseil d’administration de l’AICESIS qui doit se tenir la veille situera le cadre, tracera les grandes lignes. Je suis convaincu qu’il aura des plaidoyers à l’endroit des Etats membres de l’Association.