Engagement citoyen: Les jeunes sensibilisés

Par LANATION,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


L’Institut des artisans de justice et de paix Chant d’oiseau (Iajp/Co) en collaboration avec la Fondation Konrad Adenauer Stiftung et les Universités publiques du Bénin, a organisé, vendredi 25 septembre dernier, à Cotonou, la 5e édition de son atelier de réflexion à l’intention de la jeunesse. Par cette action, l’Iajp/Co sensibilise et forme les jeunes sur l’engagement citoyen. La rencontre a été placée sous l’égide du recteur de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac), Maxime da Cruz.

LIRE AUSSI:  Mise en œuvre de la Convention de Stockholm: Le Bénin actualise son plan contre les polluants organiques persistants

« L’engagement citoyen de la jeunesse ». C’est sur ce thème que les participants à la 5e édition de l’atelier de l’Institut des artisans de justice et de paix Chant d’oiseau (Iajp/Co), ont été sensibilisés et formés, vendredi dernier, à Cotonou. Selon l’abbé Colbert Goudjinou, directeur de l’Iajp/Co, la question de l’engagement citoyen de la jeunesse importe d’autant plus que la contribution de cette jeunesse est déterminante dans la vie d’une nation. Ainsi, l’un des objectifs de ces assises est d’éclairer les participants pour une jeunesse vigoureuse et capable d’engagement.
Pour expliquer le bien-fondé de cette activité, le directeur de l’Iajp/Co met en exergue des situations qui freinent l’engagement citoyen juvénile. Entre autres, il cite la conception bancale que la jeunesse a de l’Etat et les comportements et pensées peu recommandables qu’elle développe ou apprend à développer. Et pour parvenir à inverser la tendance, il faut encore prendre appui sur cette même jeunesse. S’appuyer de façon raisonnable sur la dimension positive de la jeunesse afin de promouvoir son engagement citoyen, explique l’abbé Colbert Goudjinou.
« L’œuvre à faire, dit-il, n’a rien d’une archéologie culturelle (…). Nous voulons accueillir la dimension dynamique positive de la culture béninoise dans les valeurs sûres, pour édifier consciemment nos vies… ». Aussi, les communicateurs conviés à cet atelier vont prendre appui sur leurs propres expériences afin de proposer une aide réaliste aux jeunes pour leur engagement
citoyen. « Il s’agit d’entrer dans une présence à soi, et de procéder à une actualisation des valeurs par un travail plus honnête pour que beaucoup de réalités évoluent de façon positive… », lancent-ils à l’assistance.
Procédant à l’ouverture des travaux, le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, Maxime da Cruz, souligne que la culture du bien est importante dans un pays où l’on a l’habitude de voir le verre à moitié vide. Pour lui, le Bénin regorge de valeurs sûres. Seulement, il y a quelques individus dont l’action est suffisamment nocive pour ternir l’image d’un grand nombre de personnes, de jeunes extraordinaires. Cet atelier de réflexion et de formation contribuera, à l’en croire, à redorer ce blason; ceci, au regard de la pertinence de la thématique, des documents des travaux et des communicateurs et participants.

LIRE AUSSI:  Mise en œuvre de la Convention de Stockholm: Le Bénin actualise son plan contre les polluants organiques persistants

Par Corassone da COSTA (Stag.)