En prélude aux élections du 26 avril prochain:Les agents électoraux du Littoral en formation

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


La Commission électorale nationale autonome (CENA) pourvoit depuis hier, mardi 14 avril, à la formation des agents électoraux dans le cadre du scrutin législatif du 26 avril prochain. A Cotonou, ceux des 13 arrondissements de la commune ont été mobilisés à la salle de conférence de la mairie, en vue de les outiller sur leurs missions et les attentes du législateur à leur endroit.

LIRE AUSSI:  Infrastructures sanitaires:Les travaux d’un centre de radiothérapie lancés

Les 13 coordonateurs d’arrondissement de la commune de Cotonou, leurs adjoints et assistants étaient à l’école du processus électoral hier. Cette formation, indispensable pour les outiller et les mettre en phase avec les missions qui sont les leurs, au regard de la loi n° 2013-06 portant Code électoral en République du Bénin, constitue également la première du genre, leur a rappelé le commissaire en charge de la formation au niveau de la Commission électorale nationale autonome (CENA), Moïse Bossou. Celui-ci leur a également fait part des attentes placées en eux, quant à la réussite du processus électoral. « L’organisation des élections à Cotonou vous incombe essentiellement. Vous devez veiller à ce que tout ce passe bien », leur a-t-il suggéré. Selon ses explications, les innovations apportées par le législateur au processus électoral, en décidant notamment que les agents électoraux soient désignés prioritairement parmi les magistrats, les greffiers, les avocats, les administrateurs… constituent une mesure essentielle pour la transparence du scrutin. De plus, insiste Moïse Bossou, le lien est désormais fait entre la CENA et les CEA, puisque tous les autres démembrements intermédiaires ont été supprimés.
La formation se déroulera en deux phases. Une théorique, et une autre, pratique puisque les agents électoraux auront également pour mission de manœuvrer le matériel électoral. La mission des coordonnateurs, de leurs adjoints n’est donc pas des moindres, et c’est ce même message que la vice-présidente de la CENA, Géneviève Boco Nadjo leur a adressé. Celle-ci détaille en effet qu’à la suite de la formation des formateurs qui s’est déroulée le 9 avril dernier au Chant d’oiseau de Cotonou, cap devrait être mis sur celle des démembrements de la CENA. Laquelle s’est donc ouverte et qui, selon elle, doit permettre de garantir l’entièreté du processus devant conduire à la mise en place de la septième législature de notre pays.
Pour la vice-présidente de la CENA, chaque acteur du processus électoral doit assurer convenablement le rôle qui est le sien, d’autant plus que la réussite de cette formation est déterminante pour la qualité du scrutin et subséquemment pour la qualité de la démocratie béninoise.
A la différence des processus antérieurs, poursuit-elle, le législateur, à travers des innovations contenues dans le Code électoral a prévu de nouvelles dispositions tendant à la sécurisation du vote et il revient aux impétrants de se les approprier pour assurer à bien leurs missions et obligations. Lesquelles ont cours avant, pendant et après le scrutin et le formateur Rufin Godjo s’est appliqué à les partager avec eux hier.

LIRE AUSSI:  73e anniversaire des Nations unies: Les chantiers de développement entre le Bénin et l’Onu revisités