Emprunt obligataire par appel public à l’épargne Tpbj 6,50 % 2020-2028: Le Bénin à la recherche de 100 milliards de francs Cfa pour booster son économie !

Par LANATION,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Après les éditions de 2000, 2006, 2011, 2017 et 2018 couronnées de succès, l’Etat béninois, par le biais du Trésor Public, décide de recourir une fois encore au marché financier régional de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) pour l’émission d’un nouvel Emprunt obligataire par Appel public à l’épargne et ce, conformément au programme des émissions définies au titre de l’exercice 2020.

LIRE AUSSI:  Decision DCC 17-022 du 31 Janvier 2017: La Cour légalise le travail d'intérêt général

En émettant cet emprunt obligataire dont la période de souscription s’étend du 27 juillet au 14 août 2020, l’Etat béninois, par le truchement de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (Dgtcp), entend mobiliser un montant indicatif de 100 milliards de F Cfa avec un taux d’intérêt de 6,50 % par an pour une échéance de 8 ans dont 2 ans de différé. L’objectif de cette opération qui n’a connu que de succès dans le passé est de relancer l’économie et d’assurer une résilience du secteur agricole.

Une vision qui s’inscrit dans la droite ligne du Programme d’action du gouvernement (Pag) 2016-2021 qui ambitionne de relancer de façon durable le développement économique et social du Bénin et qui repose sur des réformes structurelles profondes et un volume d’investissements massifs de 9 039 milliards de F Cfa sur le quinquennat. Avec la mobilisation de ces ressources, il est envisagé entre autres, d’accroitre le pouvoir d’achat de chaque Béninois et de chaque Béninoise, d’améliorer le bien-être et la protection sociale des populations, de dynamiser l’économie et de faire rayonner le pays sur l’échiquier international. Dans cette perspective le montant à récolter servira principalement, au financement d’une partie des investissements prévus au programme national des investissements au titre de l’année 2020.

LIRE AUSSI:  Mabelle A., présidente de l’Association des travailleuses de sexe du Bénin: « Nous avons besoin de financements pour assainir davantage le secteur »

L’objectif premier des grands projets de l’Etat étant bien entendu de faire du Bénin un pôle d’attraction de l’investissement en accord avec une économie dynamique et moderne ouverte sur le marché. D’où les projets qui seront financés par cet emprunt obligataire se concentreront dans des secteurs comme l’agriculture, le tourisme, les transports et les travaux publics.Et pour la réussite de l’opération, la Société de Gestion et d’Intermédiation du Bénin (Sgi-Bénin) a été mandatée en qualité d’arrangeur et chef de file. Elle se fera accompagner d’un co-chef de file Sgi Agi ainsi que d’un syndicat de placement. Par ailleurs, l’arrêté 2020 N° 1586/Mef/Caf/Sgm/Dgtcp/SP/256 Sgg20 du 02 juillet 2020 pris par le ministre de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni, fixe les conditions de l’émission d’obligations du Trésor par syndication « Trésor P.ublic du Bénin Tpbj 6,50 % 2020-2028 ».

Quid des caractéristiques et modalités de l’emprunt ?

Les titres émis seront sous forme dématérialisée au porteur, inscrits en compte auprès des Sgi de l’Uemoa ou des banques teneurs de comptes ou conservateurs agréées par le Crepmf et conservés dans les livres du Dc/Br. Le paiement des intérêts se fera annuellement les 25 août de chaque année à compter de la date de jouissance jusqu’au 25 août 2028 et pour la première fois le 25 août 2021 ou le premier jour ouvré suivant ce jour. En effet, l’émetteur se réserve le droit de procéder à tout moment sans limitation de prix ni de quantité à l’amortissement anticipé des Obligations soit par des rachats en bourse, soit par des offres publiques d’achat ou d’échange. Et ces opérations sont sans incidence sur le calendrier de l’amortissement normal des Obligations restant en circulation. L’émission obligataire est ouverte aux personnes physiques et morales des pays membres de l’Uemoa ainsi qu’aux investisseurs institutionnels régionaux et internationaux désireux de souscrire dans l’Union et aucun frais d’inscription n’est perçu ni exigé par l’émetteur à la souscription. Cependant, en cas d’inscription des Obligations sur un compte auprès des Sgi ou des Banques teneurs de comptes et conservateurs agréées auprès du Crepmf, des frais seront prélevés au titre des Obligations, notamment les droits de garde et une commission de tenue de compte. Le service financier de l’emprunt à chaque date d’échéance sera assuré par la Dgtcp du Bénin par virement au profit du Dc/Br pour le compte des différentes Sgi et banques teneurs de comptes qui se chargeront de payer les souscripteurs.