Eliminatoires de la CAN Orange, Gabon 2017: Les Ecureuils optimistes face aux Aigles du Mali

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Sports |   Commentaires: Aucun


Les Ecureuils du Bénin et les Aigles du Mali ont rendez-vous dimanche 6 septembre prochain au stade de l’Amitié à Kouhounou. C’est dans le cadre des matches de la 2è journée des éliminatoires de la CAN Orange, Gabon 2017.

LIRE AUSSI:  Affaire tricherie sur l’âge des joueurs U-17: Les joueurs recouvrent leur liberté

A l’occasion de la 2è journée des éliminatoires de la CAN Gabon 2017, le stade de l’Amitié de Cotonou vibrera dimanche 6 septembre prochain, aux rythmes du match au sommet du groupe C qui mettra aux prises les Ecureuils du Bénin et les Aigles du Mali. Les deux sélections se connaissant parfaitement. C’est donc sous le signe des grandes retrouvailles entre elles, qu’il conviendra de placer cette rencontre qui sera officiée par un trio arbitral gabonais. L’arbitre central a pour nom Eric Castane Otogo. Théophile Vinga et Sylvain Mouala seront ses 1er et 2è assistants. Le 4è arbitre est Yves Gaston Roponat Mbourout. Le commissaire au match est de nationalité sénégalaise. Il s’appelle Amadou Kame Kane.

La grande sénérité

Le Bénin et le Mali partagent le groupe C avec la Guinée Equatoriale et le Soudan du Sud qui, au même moment seront aux prises. Si lors de la première journée des éliminatoires, les Aigles du Mali ont battu les Sud soudanais (2-0), les Ecureuils du Bénin dont on ne vendait pas cher les fourrures, ont réussi l’exploit, en allant contraindre le Nzalang Nacional de la Guinée Equatoriale au partage des points (1-1) à Malabo. Une bonne dynamique sur laquelle, les deux sélections voudraient bien rester étant donné que chaque point obtenu aura sa valeur à l’heure du bilan. Seul, le premier du groupe sera directement qualifié pour la phase finale de cette compétition. D’où l’intérêt de cette explication du dimanche prochain pour laquelle, l’effectif des Ecureuils affiche complet. De Stéphane Sességnon de West Bromwich albion en passant par Fadel Suanon de Dhamak de l’Arabie Saoudite, Steev Mounié de Montpellier, Frédéric Gounongbé de Westerlo en Belgique, Babatoundé Bello de Frydek-Mistek de la République Tchèque, Salomon Junior de Bayelsa United du Nigeria, Rudy Gestede d’Aston Villa à Jordan Adeoti du Stade Malherbe de Caen ou encore de la légion niortaise avec Koukou Djiman, David Kiki, Saturnin Allagbé et David Djigla, ils sont tous présents. Michael Poté de Adana Dermispor de la Turquie et Khaled Adénon d’Amiens en France sont aussi de la partie aux côtés d’autres qui ont répondu à la convocation du sélectionneur Oumar Tchomogo.
Le gardien de but du FC, Havre Fabien Farnolle est toujours attendu.
Pour se mettre dans les meilleures dispositions afin de pouvoir bien négocier le match, ils se sont sérieusement mis au travail depuis le lundi dernier. Ils n’entendent pas se laisser influencer par leurs adversaires du dimanche prochain.
A voir l’état d’âme de ses poulains, le sélectionneur Oumar Tchomogo ne cache pas son optimisme. Il assure que ses poulains aborderont le match avec la plus grande sérénité.
Les Ecureuils ont effectué hier après-midi, leur avant-dernier séance d’entraînement, le dernier étant prévu pour ce jour. Une séance à laquelle le ministre des Sports, Idrissou Safiou Affo a assisté. Il est venu leur apporter le soutien du gouvernement. Stéphane Sessègnon, au nom de ses coéquipiers, l’a rassuré qu’ils feront plaisir au peuple béninois, afin d’envisager avec sérénité la suite de la compétition.

LIRE AUSSI:  Urbain Honfo, entraineur d’Ayéma Football club: « Nous nous préparons pour aborder la phase retour avec sérénité »

Au-delà du classement Fifa/Coca-Cola

Une envie de victoire qu’Alain Giresse et ses poulains, arrivés hier jeudi 3 septembre à Cotonou, en provenance de Paris où, ils étaient en regroupement puis se sont préparés depuis lundi 31 août dernier, nourrissent aussi comme ambition. Adama Tamboura, Ousmane Berthé, Bakary Sako, Abdou Traoré, Adama Traoré, Cheick Fanta-Mady Diarra et leurs coéquipiers, malgré l’absence de leur aîné Seydou Kéïta, souhaitent conserver leur position en tête de classement au niveau de ce groupe C. Ils disent avoir les moyens pour prendre les trois points de la victoire à Cotonou.
Pour l’histoire, les matches entre le Bénin et le Mali ont souvent été âprement disputés. Depuis une dizaine d’années, ce sont les Aigles qui ont toujours pris l’avantage, si ce n’est les deux matchs nuls obtenus dans les précédentes éliminatoires de la CAN, Ghana 2008 et une victoire remportée à domicile. Au niveau du classement FIFA/Coca-Cola, le Mali a souvent occupé un rang envieux par rapport au Bénin. La preuve, dans la dernière mise à jour effectuée hier jeudi 3 septembre par l’instance faîtière du football mondial, il a progressé de 3 places et est 60è. Ce qui n’est pas le cas du Bénin qui, non seulement, après avoir reculé d’une place, se retrouve au 115è rang.
Il ne s’agit que d’un classement établi par la FIFA. Aussi, les différents groupes de supporters s’organisent-ils déjà, pour soutenir les Ecureuils du Bénin dimanche prochain face aux Aigles du Mali. En témoigne leur rencontre d’hier à Cotonou. Demain, ils ont d’ailleurs promis d’initier une caravane à travers toute la ville pour sonner la mobilisation autour du match.