Eliminatoires Can Cameroun 2021: L’espoir permis pour une possible qualification

Par Sabin LOUMEDJINON,

  Rubriques: Sports |   Commentaires: Aucun| 830 lecteurs


Logés dans le groupe L aux côtés du Nigeria, du Lesotho et de la Sierra Leone, les Ecureuils du Bénin ont trébuché, mercredi 13 novembre dernier au Nigeria face aux Super Eagles. Ce résultat qui les place, provisoirement, à la dernière place du groupe, devrait servir d’élément catalyseur pour fouetter l’égo des quarts de finalistes de la dernière édition de la Can.

LIRE AUSSI:  Championnats d'Afrique de roller de vitesse: Les Ecureuils rollers au bercail avec 25 médailles dont 16 en or

La défaite des Ecureuils, ce 13 novembre au Nigeria, ne devrait nullement susciter une polémique dans les rangs des supporters et autres responsables en charge de l’équipe. Les Ecureuils constituent une équipe, et il n’y a aucune équipe au monde qui ait fait vœu de victoire permanente à sa création. En surfant sur la vague de la Can Egypte 2019 qui a consacré le Bénin quart de finaliste, certains aficionados des poulains de Michel Dussuyer peuvent croire que cette étape atteinte par le Bénin peut ou doit être considérée déjà comme un aboutissement. C’est tout le contraire !
Le plus difficile aujourd’hui pour les coéquipiers de Stéphane Sèssègnon est de maintenir le cap. Car, depuis l’épopée de l’Egypte en juin-juillet dernier, ils sont devenus la bête à abattre de tous leurs adversaires. Chose normale, puisque c’est la rançon de la gloire. Et il appartient maintenant à l’encadrement de savoir faire la part des choses : garder la tête sur les épaules et maintenir le rythme aux fins de poursuivre le rêve.
Après la défaite de mercredi dernier face au Nigeria, beaucoup ont murmuré que les Ecureuils ont gagné des rencontres moins importantes (allusion faite aux journées Fifa), pour laisser filer malheureusement ce qu’il ne fallait pas perdre.
Mais à analyser de près les statistiques des Ecureuils à une phase finale de Can, on est en droit d’avancer que rien n’est encore perdu pour cette équipe après cette défaite contre le Nigeria.
Des quatre phases finales auxquelles ont pris part les Ecureuils, ils ont entamé deux éliminatoires à domicile (éliminatoires 2004 : contre la Tanzanie 4-0 à René Pleven et éliminatoires 2019 : 1-0 contre la Gambie) contre deux loin de leur base (éliminatoires 2008 : battus 2-1 au Togo) et éliminatoires 2010: battus 3- 0 par l’Angola).
Les défaites enregistrées lors des éliminatoires débutées à l’extérieur n’ont pas empêché les Ecureuils de se qualifier, par la suite, pour la phase finale de la compétition.
C’est dire que rien n’est encore perdu. Même si provisoirement, le Bénin tient la lanterne rouge dans le groupe, il n’y a pas de quoi s’inquiéter.
Au contraire, la défaite face aux Nigérians lors du premier match doit être considérée comme un élément motivateur complémentaire pour faire mieux à Porto- Novo, dimanche 17 novembre prochain. Ne pas se transcender pour battre les Leones Stars serait suicidaire pour la suite de la compétition. Car une défaite sur ses propres installations, dimanche, hypothéquerait les chances de qualification des Ecureuils qui auront perdu 6 points. Et un match nul ne les créditerait que d’un seul point sur les 6 possibles. Rappelons que le Bénin n’a perdu aucun match à domicile lors des éliminatoires qui l’ont conduit à une phase finale de Coupe d’Afrique des Nations.

LIRE AUSSI:  19e Masters de pétanque de France: Le Bénin dans la course