Eléonore Yayi Ladékan à Natitingou: La ministre s’enquiert de la vie du centre universitaire

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


Eléonore Yayi Ladékan, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, était vendredi 6 mars dernier, dans les locaux du centre universitaire de Natitingou. C’était pour s’informer du fonctionnement de ce lieu du savoir.

LIRE AUSSI:  Préparatifs de la rentrée 2019-2020: Les partenaires techniques offrent des kits scolaires aux écoliers

Les étudiants appuyés par les autorités rectorales ont expliqué à leur hôte, Eléonore Yayi Ladékan, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, les conditions de vie actuelles du centre universitaire de Natitingou, lieu du savoir le plus éloigné de son rectorat et de son ministère de tutelle.
Il était était revenu à Cyriaque Mèdokponou Dossa, président de la Fédération des étudiants de l’Université des sciences, de la technologie et de l’ingénierie mathématique (Unstim), d’expliquer les difficiles conditions dans lesquelles ils étudient. Pour lui, l’eau manque, les salles de cours sont insuffisantes et même les laboratoires pour la pratique sont quasi inexistants. Il a donc imploré l’indulgence de la ministre qui est une mère venue au chevet de ses enfants afin de résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés.
Il sera appuyé par Dr Moumouni Soumaïla, directeur de l’Ecole normale supérieure, qui plaide pour davantage de moyens et d’attention pour assurer l’amélioration des prestations et des résultats.
Illiassou Bassongui, délégué du personnel administratif, reste dans la même logique et souhaite une convention propre à l’Unstim et la résolution des problèmes liés aux avancements et règlements de moins perçus. Selon lui, la résolution de ces préoccupations permettra aux agents d’être mobilisés à la tâche pour l’atteinte de résultats probants.
Ce qu’atteste le professeur Jacques Fatondji, représentant des enseignants, qui a présenté des doléances relatives aux bourses de formations, aux masters de recherche et au paiement des heures de vacation.
Quant au doyen de la Faculté des sciences et techniques (Fast), Dr Antonin Danvidé Kanfon, il salue le déplacement du ministre qui constitue la matérialisation de son esprit d’écoute des acteurs; ce qui donne de l’espoir pour la résolution des problèmes. Il a plaidé pour la mise à disposition davantage d’enseignants de mathématiques et d’informatique, la mutualisation des infrastructures, la dotation en matériels roulants et la construction de laboratoires.
Des doléances que le chargé de mission du préfet, Didier Kouandé Sounon, estime déjà résolues, car les solutions sont avec la ministre qui va prochainement revenir pour construire des infrastructures, un pan des difficultés auxquelles le centre universitaire est confronté.
Abdou Cessi Raoufou, directeur du Centre des œuvres universitaires de Parakou, ateste que le problème d’eau est réel et annonce la construction imminente de deux forages.
Eléonore Yayi Ladékan a rassuré les acteurs que les dispositions sont en cours et que les récentes concertations avec les partenaires augurent d’une résolution progressive des difficultés pour le bonheur et l’essor de l’enseignement supérieur au Bénin.

LIRE AUSSI:  Reprise en toute sérénité mais...