Elections professionnelles nationales : Adidjatou Mathys dessine les contours de la 3e édition

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


La ministre du Travail et de la Fonction publique, Adidjatou Mathys, a tenu un point de presse, ce jeudi 21 janvier, au sujet des élections professionnelles nationales. Au menu, les réglages techniques et dispositions pratiques pour le bon déroulement desdites élections. Le scrutin se déroule dimanche 24 janvier 2021 de 00 heure à minuit.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale/Haute cour de Justice: Jonas Gbènamèto démissionne, Charles Avalla au Parlement

Les travailleurs béninois s’apprêtent à choisir leurs représentants au niveau des Confédérations et centrales syndicales. A quelques jours de ces élections, la ministre du
Travail et de la Fonction publique, Adidjatou Mathys, a animé un point de presse afin d’expliquer les diligences du gouvernement pour un scrutin syndical sans anicroche.
D’entrée, elle fait référence à l’article 83 alinéa 3 de la loi 98-004 du 27 janvier 1998 portant Code du travail en République du Bénin pour expliquer que la représentativité des organisations syndicales est déterminée par les résultats des élections professionnelles. En application de cette disposition, les deux premières éditions desdites élections ont été organisées respectivement en 2001 et en 2006. La troisième édition prévue pour 2010 n’a pas abouti à ce jour.
« Pour sortir notre pays de cette léthargie, le gouvernement a fait adopter par le Conseil des ministres en sa séance du 23 septembre 2020 deux projets de décrets dont l’un portant différentes formes d’organisations syndicales des travailleurs et critères de leur représentativité en République du Bénin et l’autre portant modalités d’organisation des élections professionnelles au Bénin », explique-t-elle.
Cette disposition a favorisé l’organisation de la troisième édition des élections professionnelles qui mobilise huit organisations syndicales. Il s’agit de la Centrale syndicale des travailleurs debout (Cstd), de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), de la Confédération syndicale des Travailleurs du Bénin (Cstb), de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin), de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), de l’Union nationale des syndicats de travailleurs du Bénin (Unstb), de la Centrale des syndicats des secteurs privé, parapublic et informel du Bénin (Cspib) et de la Centrale des syndicats unis du Bénin (Csub).

LIRE AUSSI:  Mesures gouvernementales en faveur du secteur agricole: Une campagne d’information des promoteurs lancée

Un vote électronique

Le vote électronique est le mode électoral retenu pour cette édition. Il repose sur la crédibilité et la sécurité. « Le vote électronique s’opère à travers une plateforme qui offre des garanties sécuritaires liées aux différentes étapes d’un processus de vote », assure Adidjatou Mathys.
La société Cybernetica, ainsi que les services techniques du ministère du Numérique et de la Digitalisation, l’Agence des services et systèmes d’information (Assi) et l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) fédèrent leurs compétences pour la réussite de l’opération.
S’agissant de l’examen des dossiers des organisations syndicales candidates et de la confection de la liste électorale, la ministre s’appuie sur les dispositions de l’article 4 du décret portant différentes formes d’organisations syndicales des travailleurs et critères de leur représentativité en République du Bénin, pour faire observer que les élections professionnelles sont organisées sur la base d’une liste électorale des travailleurs régulièrement déclarés.
Selon les modalités du vote électronique, tout électeur inscrit sur la liste et détenant un téléphone portable androïd recevra un code lui permettant d’accéder à la plateforme afin d’exprimer son vote.
La connexion ne fera pas défaut. « Des points de connectivité seront mis à contribution sur l’ensemble du territoire national en vue de faciliter le vote aux électeurs qui pourraient avoir des difficultés à procéder au vote à partir de leurs propres moyens de communication », précise-t-elle.
Elle exhorte les travailleurs des secteurs public et privé à effectuer leur vote dans « la sérénité et à ne pas se laisser distraire par ceux qui, sans la moindre preuve, crient à la fraude et à la programmation de la désignation par le gouvernement des représentants des organisations syndicales ».