Elections communales et municipales: Voici les trois partis qui ont droit au partage des sièges

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


A l’issue des élections communales et municipales du 17 mai dernier, l’Union progressiste, le Bloc republicain et les Forces cauris pour un Bénin émergents partagent les 1815 sièges à pourvoir. La Commission électorale nationale autonome a proclamé les résultats provisoires du scrutin dans la nuit du mercredi 20 mai au jeudi 21 mai.

LIRE AUSSI:  Décentralisation et gouvernance locale: Les nouveaux préfets et les défis de l’administration du territoire

L’Union progressiste a bénéficié de 994.602 voix soit 39,97℅ et emporte 820 sièges. Le Bloc républicain a totalisé 930.247 voix soit 37,38℅ et emporte 735 sièges. Les Forces cauris pour un Bénin émergent ont obtenu  372.818 voix soit 14,98℅ et emportent 260 sièges… Voilà ce qu’il en est de la répartition des 1815 sièges à pourvoir à l’issue des élections communales et municipales du dimanche 17 mai dernier. Les partis Prd et Udbn ont respectivement obtenu 136.581 voix soit 5,49℅ et 54.066 voix soit 2, 17℅. Ils sont frappés par la règle des 10℅ de représentativité et par conséquent, ne sont pas éligibles au partage des sièges. Quant aux tendances dans les départements et communes, elles sont caractérisées entre autres par une domination de l’Union progressiste à Cotonou, Calavi et dans les départements de l’Atlantique et du Couffo, une domination des Fcbe à Parakou et Bantè, une domination du Bloc républicain à Bohicon, Djougou, Tchaorou… Les départements de l’Ouémé et du Mono sont presque totalement partagés par l’Union progressiste et le Bloc républicain.

LIRE AUSSI:  Audience au palais de la Marina: Patrice Talon reçoit la présidente directrice générale du MCC

Il faut noter que sur 5.190.235 électeurs inscrits sur la liste électorale pour les élections communales et municipales du 17 mai dernier, 2.550.385 ont voté soit un taux de participation 49, 14℅. Les suffrages exprimés s’élèvent à 2.488.326 avec 61.059 bulletins nuls. Par ailleurs, les partis qui s’estiment lésés pourront toujours déposer leurs recours à la Cour suprême dans le délai prévu par le Code électoral.