Election présidentielle : Ce qu’il faut savoir du jour du scrutin !

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Sur toute l’étendue du territoire béninois et même en dehors (représentations diplomatiques), se déroule actuellement l’élection présidentielle. Les citoyens sont aux urnes pour élire, pour une première fois, un duo présidentiel. Pour le bon déroulement des scrutins, le Code électoral a prévu un certain nombre de dispositions qu’il importe de respecter.

LIRE AUSSI:  Diplomatie: Agbénonci reçoit les copies figurées de l’ambassadrice des Pays-Bas

Pas de publicité électorale ni de rassemblements électoraux ce dimanche 11 avril où se déroule l’élection présidentielle. Les citoyens doivent se garder de tout acte visant à convaincre les électeurs en faveur de tel ou tel candidat. Le code électoral dispose : « Il est interdit, sous les peines prévues à l’article 386 alinéa 1er du présent code, de distribuer le jour du scrutin, des bulletins, circulaires ou autres documents de propagande et de porter ou d’arborer des emblèmes ou des signes distinctifs des candidats sur les lieux de vote ». En, effet, l’article 386 alinéa 1 du Code électoral punit d’une peine d’emprisonnement d’un an à deux ans et d’une amende de cinq cent mille (500 000) francs CFA à un million (1 000 000) de francs CFA, toute infraction aux dispositions sus-énoncées. A la lettre du code électoral, le scrutin se déroule en un seul et même jour sur toute l’étendue du territoire national y compris les représentations diplomatiques et consulaires. Il dure neuf heures en l’occurrence de sept heures à seize heures. En cas de retard au démarrage, l’heure de clôture est arrêtée en tenant compte de la durée du retard accusé. Aussi, tous les électeurs présents sur les lieux de vote avant l’heure de clôture sont autorisés à voter. Par ailleurs, tout membre de la Céna, tout coordonnateur d’arrondissement ou tout membre de poste de vote, responsable du démarrage tardif du scrutin est passible de la peine sus-énoncé notamment un emprisonnement d’un an à deux ans et une amende de cinq cent mille à un million de francs CFA. Ces derniers sont passibles de la même peine, s’ils font démarrer le scrutin sans s’assurer de la disponibilité en nombre suffisant des bulletins et du matériel de vote.

LIRE AUSSI:  Diplomatie: Agbénonci reçoit les copies figurées de l’ambassadrice des Pays-Bas