Ecole nationale supérieure de l’enseignement technique à Lokossa: L’achèvement des travaux préoccupe le gouvernement et la Badea

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


Des infrastructures d’accueil plus confortables sont en construction à Lokossa, dans le Mono, au profit de l’Ecole nationale supérieure de l’enseignement technique (Enset). Ceci sur financement conjoint du budget national et de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badea). Le chantier a reçu, vendredi 30 octobre dernier, la visite de la ministre Eléonore Yayi Ladékan et d’une mission d’experts de la Badea conduite par Mounir Bensidigh.

LIRE AUSSI:  Certificat d’aptitudes professionnelles (CAP): 2529 candidats composent dans 13 centres

L’objectif de la descente effectuée, vendredi dernier à Lokossa, par la ministre Eléonore Ladékan Yayi, en charge de l’Enseignement supérieur, et une mission de la Badea, conduite par Mounir Bensidigh, est de s’assurer du niveau d’avancement des travaux de construction des infrastructures d’accueil à l’Ecole nationale supérieure de l’enseignement technique (Enset). La Badea (Banque arabe pour le développement économique en Afrique) apporte une contribution avoisinant 88 % du financement des travaux. Sur le site, non loin de l’ex-Iut à Lokossa, la délégation a eu droit à une visite guidée des différents compartiments à savoir le bloc administratif et les seize salles de cours érigées en deux modules de bâtiment R+1. Une bibliothèque et sept ateliers dédiés à une gamme variée de formations font également partie des infrastructures en construction.

Aussi, le pavage et bien d’autres travaux de commodité du site évoluent. Les formations offertes à l’Enset-Lokossa portent sur la mécanique générale, le froid et climatisation, le génie civil et ouvrage et bois, etc. Mais l’ensemble de ce qui est construit ne représente que 52 % de taux d’exécution physique de la nomenclature des travaux prévus alors que le délai contractuel est consommé à 100 %. Il s’en dégage un retard préoccupant que les entreprises en charge du chantier et de la mission de contrôle mettent sur le compte de la crise sanitaire liée au Covid-19 et des pluies exceptionnelles qui se sont abattues sur la ville de Lokossa en 2019, année de démarrage du chantier.

LIRE AUSSI:  Examen du baccalauréat session unique de juin 2016: Les épreuves écrites lancées officiellement à Abomey-Calavi

Des recommandations

Prenant acte des explications, les experts de la Badea se sont dit tout de même satisfaits de voir que toutes les superstructures ainsi que les fondations qui prennent du temps sont sorties du sol. Pour le reste, Mounir Bensidigh, chef de la mission, exhorte à mettre les bouchées doubles pour achever le chantier dans un meilleur délai. Mais pour Zul Kifl Salami, chargé de mission du chef de l’Etat, l’achèvement des travaux doit intégrer les recommandations de la mission sans violer les limites budgétaires. Lesquelles recommandations, détaille-t-il, sont relatives à l’assainissement du site, à la qualité des constructions et à celle des travaux de voirie. La ministre Eléonore Yayi Ladékan conclut que leur visite a été utile en ce sens qu’elle a permis aux bailleurs de s’accorder avec les acteurs sur ce qu’il reste à faire pour livrer dans un bref délai les infrastructures très attendues par les bénéficiaires. A l’occasion, la ministre a réaffirmé la place de choix qu’occupe l’enseignement technique dans les réformes du secteur éducatif et le Programme d’action du gouvernement.