Ecole des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme: La 37e session des Etats membres ouverte à Cotonou

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun| 136 lecteurs


Le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, José Didier Tonato, a procédé, vendredi 29 novembre dernier, au lancement des travaux de la 37e session du Conseil d’administration des Etats membres de l’Ecole des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (Eamau) à Cotonou. Il s’agira, lors de cette rencontre, d’évaluer le travail accompli en 43 ans d’existence et de réfléchir à la mise en œuvre des nouvelles orientations.

LIRE AUSSI:  Inès Hadonou Toffoun, directrice de l’Administration pénitentiaire : « La femme prisonnière vit une situation de double détention »

Les travaux de la 37e session du Conseil d’administration des Etats membres de l’Ecole des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (Eamau) ont été lancés, vendredi 29 novembre dernier, à Cotonou. C’est l’occasion pour la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Eléonore Yayi Ladekan, en sa qualité de présidente du Conseil d’administration des Etats membres de l’Eamau de saluer la présence des représentants de tous les Etats membres à cette rencontre. Elle a félicité les experts pour le travail accompli depuis plusieurs années pour le rayonnement de cette école en Afrique.
Le directeur général de l’Eamau, Moussa Dembelé, a souligné que les efforts consentis par le Bénin dans le cadre de la tenue de ces assises témoignent de la volonté des autorités du pays de contribuer au développement de cette école qui réalise des prouesses en Afrique.
« L’Eamau parvient à construire une identité remarquable en Afrique dans le domaine de la formation aux métiers d’architecture et d’urbanisme depuis plusieurs décennies », a-t-il déclaré. A l’en croire, l’école est passée de 21 à 812 étudiants en 43 ans. Selon lui, plus de 1200 diplômés de cette école continuent de façonner les villes et l’environnement des pays africains. Il s’agira au cours de cette session d’évaluer le travail soumis aux experts, de réfléchir sur le budget 2020 et les nouvelles orientations pour promouvoir les filières et les prestations de l’Eamau dans les pays membres.
En abritant cette 37e session, le vœu du gouvernement béninois, selon José Didier Tonato, est de voir cette école grandir au fil des années afin de constituer un moteur de développement des pays africains dans son domaine d’expertise et de s’affirmer davantage comme un centre de référence du cadre bâti et de la ville en Afrique et dans le monde. « Au regard des résultats obtenus en Afrique, nous pouvons affirmer que l’Eamau est un foyer de construction du leadership africain, non seulement par la qualité de son offre de formation mais aussi et surtout par sa capacité de réfléchir sur les grands enjeux de développement », a-t-il indiqué.

LIRE AUSSI:  Fronde sociale: L'UNSTB, la COSI-Bénin et la CSTB suspendent la grève