Echange de vœux au médiateur de la République: 792 recours reçus et traités en 2019

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le médiateur de la République a recueilli et traité au cours de l’année 2019, au total 792 réclamations venant des administrés. Joseph
Gnonlonfoun a fait ce point, jeudi 9 janvier dernier, à la faveur de la cérémonie d’échange de vœux de nouvel an entre ses collaborateurs et lui, au siège de l’institution à Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Présidentielle du 28 février prochain: Adrien Houngbédji justifie le choix de Lionel Zinsou par le PRD

Le médiateur de la République a atteint en 2019 un résultat jamais égalé en matière de recueil des réclamations et leur traitement. Il a reçu et traité au cours de l’année écoulée, 792 plaintes des citoyens contre l’administration publique contre 557 en 2018 et 473 en 2017. Le médiateur de la République, Joseph Gnonlonfoun, se réjouit de cette performance à la faveur de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an entre son personnel et lui. Il a félicité ses collaborateurs pour la réalisation de cette prouesse et les exhorte à maintenir le cap. En termes de bilan, l’institution a poursuivi avec assiduité ses audiences foraines dans les départements notamment dans les communes de Matéri, Copargo, Malanville, Gogounou,
Lalo et Covè. Pour le médiateur de la République, ces audiences foraines ont été enrichissantes. « Nous nous sommes fait connaitre. Nos compatriotes de l’intérieur savent de plus en plus qu’ils ont un instrument à leur disposition, qu’ils ont un intercesseur gracieux pour les écouter et les aider dans la quête de solutions à leurs problèmes », souligne Joseph Gnonlonfoun.
A côté de celles-ci, le médiateur de la République a mené plusieurs autres activités en 2019. Il s’agit notamment de la tenue de sa session annuelle au titre de l’année 2019, des activités de renforcement du capital humain, de pilotage d’outils d’aide à la gestion, de prévention des conflits et de communication sans oublier la coopération avec les institutions sœurs de la sous-région, de l’Afrique et du monde. Joseph Gnonlonfoun n’occulte pas la contribution de son institution dans le cadre des élections législatives de 2019 à travers la diffusion de messages itératifs sur la conciliation et la paix, sur le dialogue et l’entente entre les filles et fils du pays, qu’ils soient de l’opposition ou de la mouvance. Il estime que ce message d’appel à la non-violence est encore d’actualité et doit continuer d’être diffusé à temps et à contre-temps, en cette veille d’élections communales et municipales.
Mais avant Joseph Gnonlonfoun, l’honneur a échu au directeur de cabinet, Zourkarnéyni Toungouh, de présenter, au nom du personnel, les bons vœux des agents de l’institution, au médiateur de la République. Celui-ci a laissé entendre que ce bilan aurait pu être meilleur si l’institution n’avait pas rencontré certaines difficultés en 2019, notamment la faible couverture des audiences foraines qui est réduite à six communes par an depuis quelques années, la non fonctionnalité des trois sièges de délégations régionales dont les bâtiments mis à disposition par les préfets depuis trois ans attendent leur réhabilitation, la non disponibilité en permanence de la connexion Internet et l’amortissement de presque tous les véhicules de fonction des proches collaborateurs du médiateur de la République.

LIRE AUSSI:  Présidentielle du 28 février prochain: Adrien Houngbédji justifie le choix de Lionel Zinsou par le PRD