Double exposition en Suisse: Le plasticien Georges Adéagbo attendu à Genève

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Le plasticien Georges Adéagbo attendu à Genève

Le plasticien béninois Georges Adéagbo présente à Genève une double exposition courant mai et juillet prochains. Dénommé « Genève Suisse d’hier et Genève Suisse d’aujourd’hui », ce projet porté par « Art for the World-Ong » en collaboration avec d’autres structures et partenaires, vise à présenter le travail de cet artiste à l’inspiration singulière.

LIRE AUSSI:  Annulation du retrait du droit de grève à certains agents de l'Etat: L'intégralité de la décision de la Cour constitutionnelle

Genève attend de recevoir du 3 au 18 mai puis du 3 au 8 juillet prochains, à la maison Tavel et au palais des Nations, des réalisations d’un plasticien dont les œuvres ont maintes fois fait le tour du monde et continuent de faire parler d’elles. Georges Adéagbo, au cours de ces deux rendez-vous très attendus, va créer des installations spécifiques sur les deux sites. Il va tenter de reconstituer l’histoire et l’actualité sur le thème « Genève Suisse d’hier et Genève Suisse d’aujourd’hui » pour faire réfléchir les usagers sur ces deux lieux qui abriteront ses expositions.
L’Association Kulturforum Süd-Nord fondée par Stéphan Köhler prend une part active dans cet événement artistique qui révèlera, une fois encore, tout le talent de Georges Adéagbo, premier artiste africain à recevoir le Grand Prix du Jury à la Biennale de Venise en 1999.
« La recherche artistique de Georges Adéagbo se caractérise par sa volonté de révéler des affinités et des aspirations similaires, parfois insoupçonnables, pouvant exister entre différentes cultures », explique Stephan Köhler dont la structure Kulturforum Sud-Nord suit le travail de l’artiste depuis 1999. Pour lui, « La possibilité pour l’artiste d’intervenir dans les espaces de la collection permanente de la maison Tavel, lieu d’histoire incontournable et exceptionnelle à l’échelle régionale et nationale visant la valorisation et à la préservation de la mémoire, s’inscrit parfaitement dans la démarche de l’artiste et permet la création d’un échange entre son approche artistique et la collection du musée ». La nouvelle installation d’Adéagbo conçue pour la maison Tavel à Genève, permettra de susciter un dialogue pertinent entre différentes cultures. « La rencontre de Georges Adéagbo avec la maison Tavel pose un regard nouveau sur cet édifice patrimonial », pense Stéphan Köhler.
Le plasticien béninois est donc très attendu du côté de Genève avec son inspiration et son talent. « En observateur, il s’est laissé guider par les lieux pour la création de sa narration artistique, dialogue interculturel des plus enrichissant pour notre ville », souligne le conservateur responsable de la maison Tavel, Alexandre Fiette.

Entretenir le dialogue culturel Occident-Afrique

« Outre le dialogue culturel Occident-Afrique, habituel dans la démarche de Georges Adéagbo, son intervention au palais de Nations aidera à la réflexion autour du potentiel communicatif de l’art dans les relations internationales. La pertinence de l’événement est renforcée par le fait que cette année 2018, on célèbre le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme», souligne le directeur de la bibliothèque des Nations Unies et président des activités culturelles des Nations Unies à Genève, Francesco Pisano. Cette double exposition sera accompagnée d’un ouvrage comprenant une documentation photographique sur l’œuvre de l’artiste ainsi que des textes et des interviews rédigés par des spécialistes de divers domaines.
Pour l’artiste lui-même, « L’art est dans la nature et c’est l’art qui fait l’artiste. Ce n’est pas l’artiste qui fait l’art ». L’œuvre d’Adéagbo révèle les affinités et les similitudes, parfois insoupçonnables, pouvant exister entre différentes cultures. « Sa démarche crée un dialogue significatif avec des œuvres d’art provenant de divers horizons, pour tisser une mémoire entre les cultures africaines et occidentales », précise la directrice du projet, Adelina von Fürstenberg.
Mais ce n’est pas la première fois que l’art d’Adéagbo va à la rencontre du public suisse. Depuis 1995, à l’occasion de sa participation à l’exposition « Dialogues de Paix », événement réalisé sous l’initiative d’Adelina von Fürstenberg dans le cadre du 50? anniversaire de l’Organisation des Nations Unies, l’artiste y a noué des contacts. Georges Adéagbo a, à son actif, des centaines d’expositions personnelles et collectives réalisées dans des pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique.
Le présent projet est initié et réalisé par Art for the World-Ong associée à l’Undpi, département de l’information publique de l’Onu. L’initiative est mise en œuvre en collaboration avec les musées d’art et d’histoire et la bibliothèque des Nations Unies à Genève ainsi que le Kulturforum Sud-Nord, Hambourg-Cotonou?

LIRE AUSSI:  Marche des semi-grossistes de boissons:Contre la suppression des mini-dépôts de la SOBEBRA