Direction générale des Douanes et Droits indirects:Charles Sezan remplace Paul Lafia Tabé

Par Sabin LOUMEDJINON,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Les disciples de Saint Mathieu au Bénin ont depuis hier mercredi 4 mars un nouveau patron. A la direction générale des Douanes et Droits indirects, Charles Sezan est désormais le maître des lieux en remplacement de Paul Lafia Tabé. Sous l’égide du ministre en charge de l’Economie, Komi Koutché, la cérémonie de passation des charges a eu lieu dans les locaux de l’institution à Cotonou, en présence de parents, amis et cadres de l’administration douanière.

LIRE AUSSI:  Réflexion: Entre sa promesse électorale et l’intérêt supérieur du peuple : le choix

Rarement directeur général sortant aura reçu autant d’éloges à son départ. Nommé à la tête de l’administration douanière le jeudi 25 avril 2013, c’est finalement 1 an 10 mois et 6 jours, que Paul Lafia Tabé a passé à la tête des douanes béninoises. Il est remplacé par Charles Sezan, nommé en Conseil des ministres le 27 février dernier. La cérémonie de passation de commandement a eu lieu hier mercredi 4 mars à Cotonou. Une cérémonie au cours de laquelle le directeur général sortant a été couvert d’éloges. En tout cas, les différents témoignages au cours de la cérémonie reconnaissent à l’homme des qualités rares dans l’administration béninoise : travailleur, directeur loyal et compétent qui a opéré de nombreuses réformes avec des résultats appréciables….
Le représentant du syndicat des douanes du Bénin, a insisté sur quelques bonnes actions menées par le directeur général sortant, tout en mentionnant que l’humain qu’il est, a posé parfois des actes pas toujours appréciés de tous.
«Je demande pardon, pardon et pardon à tous ceux que j’ai offensés soit par appel du devoir, soit par ignorance», a indiqué le directeur sortant Paul Lafia Tabé qui est revenu sur toutes les réformes engagées dont le plus important aujourd’hui, précise t-il, est le vote et la promulgation du Code de la Douane. Il a souligné qu’il a fait son devoir de bonne foi comme la République le lui a demandé.
Pour sa part, le tout nouveau directeur général Charles Sezan a lui également loué les qualités de son prédécesseur. «La reconnaissance est la mémoire du cœur», a-t-il avancé en disant sa gratitude aussi bien au chef de l’Etat, qu’a son ministre de tutelle Komi Koutché pour la confiance placée en lui. Il rappelle que diriger une régie aussi importante que celle douanière est un challenge de tous les jours qui nécessite la discipline, la méthode, le respect des textes et l’assiduité. Le nouveau patron des douanes prend l’engagement de « fidélité et de loyauté à servir sa nation sans orgueil».
Charles Sezan veut également poursuivre l’œuvre de son devancier dont il loue les qualités managériales. «Je rêve d’une administration douanière moderne plus performante, efficace dans le cadre de la consolidation macro-économique du pays», a-t-il indiqué soulignant que pour aboutir à ce rêve, nul ne sera de trop. C’est pourquoi, exhorte-t-il ses collaborateurs à transcender les sentiments personnels pour aller à la modernisation de l’administration douanière.
Pour sa part, le ministre Komi Koutché a salué le travail abattu par le directeur général sortant à qui il attribue les qualificatifs de «travailleur, loyal, compétent». Il lui a adressé les gratitudes du gouvernement pour tous les « efforts faits pour doter le pays de moyens et de ressources » durant son mandat. Puis il le rassure de ce que son départ ne doit pas être pris comme une sanction. «Vous servirez bientôt la nation ailleurs», a dit le ministre au directeur sortant.
S’adressant au nouveau directeur général de la Douane, Komi Kou-tché demande une «continuité mais dans l’innovation». Il le met également en garde. « Ne soyez que l’otage de vous-même et non d’aucun réseau mafieux ou une quelconque chapelle politique», lui a-t-il conseillé en précisant qu’il a le devoir de travailler à faire aboutir les réformes en cours dans la maison.

LIRE AUSSI:  Compte rendu du Conseil des ministres: Une zone économique spéciale projetée