Direction de l’Omc: Moment historique en vue

Par Collaboration extérieure,

  Rubriques: Economie |   Commentaires: Aucun


Après le départ anticipé du chef de l’Organisation mondiale du Commerce (Omc), en août de l’année dernière, le processus de sélection d’un nouveau Dg a été mis en route. En octobre 2020, un consensus aurait dû se former autour de la finaliste nigériane, préférée des Etats-membres, face à la Sud-coréenne mais, en refusant de jouer le jeu, l’administration Trump avait bloqué l’élection.

LIRE AUSSI:  Projet de loi de finances gestion 2020: 1 653,2 milliards F Cfa de ressources attendues à l’horizon 2022

Le 5 février, dans un communiqué officiel, les Etats-Unis ont pris note du retrait de la candidate de la Corée du Sud et ont affirmé leur appui solide à celle du Nigeria. La voie est désormais libre pour que le Dr Ngozi Okonjo-Iweala soit confirmée comme 7e directeur général de l’Omc. Elle sera le premier dirigeant d’origine africaine et la première femme à ce poste.

Le 28 octobre 2020, les représentants des 164 Etats-membres de l’Organisation mondiale du Commerce se sont réunis durant l’après-midi dans la Salle William Rappard de l’Organisation mondiale du Commerce, basée à Genève (Suisse). Le président du Conseil général, entouré de ses deux co-facilitateurs, avait révélé que Ngozi Okonjo-Iweala, ancienne ministre des Finances du Nigeria et directrice générale de la Banque Mondiale, avait obtenu plus de soutien que sa concurrente, Yoo Myung-hee, actuelle ministre du Commerce et de l’Industrie de la Corée du Sud.

Retrait de la candidate sud-coréenne et annonce des Etats-Unis

LIRE AUSSI:  Bénin: Lancer l’économie en 2021 par l’interventionnisme économique

Par la voix de leur représentant auprès de l’organisation, l’ambassadeur Dennis Shea, les Etats-Unis avaient fait savoir qu’ils apposaient leur veto à la candidate africaine.
Le blocage du processus d’élection du directeur général de l’Omc, était une manœuvre supplémentaire de l’administration Trump dans ses assauts contre l’institution. Le 5 février, la Corée du Sud a annoncé le retrait de sa candidate. Le même jour, dans un communiqué de presse, «l’administration Biden-Harris a confirmé son appui solide à la candidature du Dr Ngozi Okonjo-Iweala comme prochaine directeur général de l’Omc. » Le document précise aussi que les américains sont désormais prêts à s’engager dans la prochaine étape pour obtenir le consensus.

Prochaine étape

On s’attend à ce que le président du Conseil général, l’Ambassadeur David Walker de Nouvelle-Zélande, annonce la date de la tenue de la réunion du Conseil général et que le processus puisse se poursuivre. Actuellement membre du conseil d’administration de l’alliance pour les vaccins (Gavi), Ngozi Okonjo-Iweala, âgée de 66 ans, avait déclaré qu’en cas de victoire elle (l’Omc) devrait jouer un rôle pour aider les pays les plus pauvres à accéder aux médicaments et aux vaccins pour lutter contre la Covid-19.

LIRE AUSSI:  Appui au développement : La France, un partenaire stratégique majeur du Bénin, selon Abdoulaye Bio Tchané

Par Catherine Fiankan-Bokonga, Correspondante accréditée auprès des Nations Unies à Genève (Suisse)