Diffusion des comptes extérieurs du Bénin au titre de 2019:Un solde excédentaire de 45, 6 milliards

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Economie |   Commentaires: Aucun


La direction nationale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) pour le Bénin a organisé, jeudi 25 février dernier, par visioconférence, la journée de diffusion des comptes extérieurs du Bénin au titre de l’année 2019. Il en ressort un solde excédentaire de 45,6 milliards qui traduit un visage positif des échanges extérieurs en 2019.

LIRE AUSSI:  Atelier de vulgarisation des normes communautaires: La Cour de justice de l’Uémoa dévoile ses attributions

Le solde global de la balance des paiements au titre de l’année 2019 affiche un excédent de 45 550,6 millions. C’est ce qu’il convient de retenir de la diffusion des comptes extérieurs du Bénin au titre de l’année 2019. Ont pris part à cette cérémonie par visioconférence, des cadres de l’administration publique, en l’occurrence du ministère de l’Economie et des Finances, des représentants d’organisations internationales et du secteur privé, des cadres du secteur des banques, des membres du Comité national de la balance des paiements, des journalistes…

Les débats se sont déroulés sous la modération de Laurent Hounsa, directeur général de l’Insae. C’est le chef du Service des études et de la statistique de la Direction nationale de la Bceao pour le Bénin, Didier Noukpo, qui a présenté en détail la balance des paiements et la position extérieure globale du Bénin au titre de l’année 2019. « Au plan interne, la dynamique économique s’est traduite par la réalisation d’un taux de croissance économique estimé à 6,9 % contre 6,7 % en 2018 grâce aux performances des filières d’exportation et à la mise en œuvre satisfaisante du Programme d’action du gouvernement », a-t-il précisé. Il ajoute que le déficit structurel de la balance des transactions courantes s’est légèrement réduit en ressortant à 340 117,1 millions en 2019 contre 360 362,6 millions en 2018. Une évolution qui s’explique par la diminution de la balance des biens dont les effets ont été modérés par la progression du déficit des services et du revenu primaire.

A en croire le statisticien de la Bceao, le déficit de la balance des biens a reculé de 45 241,3 millions par rapport à 2018, en liaison avec une diminution plus importante des importations de biens comparativement aux exportations de biens. Ceci est une conséquence de l’évolution de la conjoncture économique durant les cinq derniers mois de l’année 2019. A l’opposé, le déficit des services nets s’est accru de 14 988,2 millions, en se situant à 162 430,1 millions en 2019 contre un déficit de 147 441,9 millions en 2018. Le renforcement du déficit des services s’explique par la satisfaction des besoins internes liés aux services spécialisés et aux services de conseil en gestion.

LIRE AUSSI:  Renforcement des capacités des PME en Afrique :Le FAGACE signe un accord de garantie d’un milliard à ASUSU Sa du Niger

Des revenus et de la Position extérieure globale

Le chef du Service des études et de la statistique de la Direction nationale de la Bceao pour le Bénin relève que le déficit du revenu primaire s’est accentué de 10 889,0
millions pour se situer à 1 481,7 millions en 2019 en relation avec les dividendes versés aux actionnaires au titre des revenus des investissements étrangers ainsi que les intérêts payés sur les titres de créances, les autres investissements et la dette publique. L’excédent du revenu secondaire est, quant à lui, ressorti à 127 074,2 millions, essentiellement sous l’effet des appuis budgétaires reçus par les administrations publiques et les envois de fonds des travailleurs. L’excédent du compte de capital s’est consolidé de 7 156,9 millions en s’établissant à 116 304 millions au cours de l’année sous revue, contre 109 147,2 millions en 2018, en liaison avec la conjoncture internationale. L’exécution des échanges avec l’extérieur s’est soldée par un besoin de financement de 223 873,0 millions entièrement couvert par les opérations financières. Le compte financier affiche ainsi un passif net de 265.497,4 millions. L’autre donnée constitutive des échanges extérieurs, c’est la position extérieure globale qui s’entend comme un état de patrimoine qui retrace l‘ensemble des actifs et passifs d’un pays vis-à-vis du reste du monde. Elle est à mettre en relation avec le compte financier de la balance des paiements. « S’agissant de la Position extérieure Globale, elle dégage un passif financier net de 2 235 141,4 millions au 31 décembre 2019 contre 2 015 685,6 millions au 31 décembre 2018. Les variations nettes induites par les autres changements d’actifs et de passifs se sont élevées à 487,8 millions, imputables essentiellement aux variations du taux de change sur l’encours de la dette extérieure et sur les droits de tirage spéciaux », fait savoir Didier Noukpo.

LIRE AUSSI:  Perspectives économiques 2019 de la Banque africaine de développement: La croissance économique du Bénin bonne, mais vulnérable aux chocs exogènes

Des statistiques encourageantes !

C’est pour la deuxième fois de suite que la balance des paiements affiche un solde excédentaire pour le Bénin. Au titre de l’année 2019, le solde global établit un excédent de 45 550,6 millions après l’excédent de 196 860,5 au titre de l’année 2018. Pour rappel, le solde de la balance des paiements au titre des années 2017 et 2016 était déficitaire avec respectivement -118 287,1 millions et -164 447,0 millions. Bien que l’excédent au titre de l’année 2019 ait diminué comparativement à 2018, le directeur national de la Bceao pour le Bénin, salue les chiffres encourageants qui témoignent de la vitalité des échanges extérieurs. A l’en croire, si l’excédent a baissé par rapport à 2018, cela se justifie par le fait que le gouvernement a fait l’option de moins emprunter et de se porter sur le marché international. « Vous avez vu la performance qui a été réalisée avec la première émission d’eurobond pour environ 500 millions d’euros.

Depuis lors le Bénin a pu réaliser ensuite un eurobond impressionnant (1 milliard d’euros) tant par la maturité qui est de plus de trente ans que par le taux d’intérêt. Cela traduit la confiance que le Bénin a gagné sur le marché international », a expliqué Emmanuel Junior Assilameho. Il note que le déficit du compte des transactions courant s’est amélioré. « Cela veut dire que nous avons réussi à réduire l’écart entre l’épargne domestique et l’investissement domestique. Il y a également le compte non financer dont le déficit est passé de 250 milliards en 2018 à 224 milliards en 2019. Cela veut dire que nous avons réduit nos besoins de financement en 2019. Ce besoin de financement a d’ailleurs été couvert par les évolutions au niveau de la mobilisation des ressources. En 2019 nous avons mobilisé en net, 265 milliards », fait observer le directeur national de la Bceao Emmanuel Junior Assilameho.

Perspectives pour 2020 et recommandations

L’année 2020 est une année exceptionnelle marquée par la pandémie à partir de mars. A en croire le chef du Service des études et de la statistique de la Direction nationale de la Bceao pour le Bénin, la demande s’est affichée en retrait et les coûts des matières premières se sont affichés en baisse. En dépit de la conjoncture économique marquant l’année, il annonce que la balance des paiements affichera un solde excédentaire pour l’année 2020. Toutefois, il y aura une baisse de 14 milliards au niveau des exportations officielles. « Les quantités de fibre de coton sont en hausse mais la conjoncture internationale a fait que le prix moyen de vente est ressorti en baisse. Il en va de même pour la noix de cajou », a-t-il ajouté. Les importations sont estimées à 1400,7 milliards. En conclusion, les échanges extérieurs du Bénin vont connaitre une évolution en cohérence avec l’activité économique. Les traits caractéristiques de l’année 2020 sont la réduction du déficit du compte courant, la baisse des importations, une émission record d’Eurobond et une hausse des investissements directs.
Au regard des défis qui restent à relever, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest a formulé des recommandations pour l’amélioration des échanges extérieurs dans les pays de la sous-région en général et au Bénin en particulier. Les Etats de façon générale sont invités à renforcer les mesures en cours pour la diversification de la production et à s’engager davantage dans la levée des contraintes à l’investissement et le soutien aux exportations pour améliorer la compétitivité de l’économie. Le Bénin devra poursuivre ses efforts dans la valorisation des produits agricoles phares, l’amélioration de l’offre énergétique, la mobilisation des ressources intérieures, la transformation structurelle de l’économie en tâchant de prendre des mesures incitatives en faveur des entreprises et des investisseurs, l’amélioration du climat des affaires et le partenariat public-privé… Le directeur national de la Bceao a d’ailleurs salué les performances au niveau de la douane et des impôts pour améliorer la mobilisation des ressources intérieures.