Dialogue politique: Le gouvernement s’active pour la mise en œuvre des recommandations

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Après avoir pris connaissance des conclusions consensuelles issues du dialogue politique des 10, 11 et 12 octobre derniers, le Conseil des ministres, en sa séance de ce mercredi 16 octobre, marque son adhésion auxdites conclusions. Qui plus est, l’Exécutif entend mettre en œuvre, dans les prochains jours, celles relevant de sa responsabilité.

LIRE AUSSI:  Fin de la Campagne électorale: Les affiches retirées des grandes artères à Cotonou

Le président Patrice Talon et son gouvernement  marquent leur adhésion aux conclusions consensuelles issues du récent dialogue politique C’est la quintessence du Conseil des ministres de ce mercredi 16 octobre. Il en ressort que toutes les recommandations consensuelles contenues dans la synthèse du rapport des travaux, et relevant de la responsabilité du président de la République et de son gouvernement seront mises en œuvre.
En effet, le chef de l’Etat a présenté au Conseil le compte rendu des travaux du dialogue politique. Les différents points de consensus retenus par les acteurs politiques ont été mis en relief. Ils ont trait au toilettage de la charte des partis politiques et du Code électoral, à l’institution des élections générales selon les modalités à convenir, à la révision du nombre de sièges des députés à l’Assemblée nationale et au nombre de conseillers communaux, à la déconcentration de l’organisation des élections locales, à des mesures de clémence envers les personnes détenues suite aux élections d’avril 2019, à la participation de tous les partis politiques à la compétition électorale, etc.

Diligence

Ces solutions consensuelles concernent également la poursuite du renforcement du système partisan et du processus électoral, en assurant la prépondérance des partis politiques d’envergure nationale, la promotion de l’équité dans la représentation du peuple et enfin le renforcement de la démocratie par l’élaboration et la mise en œuvre d’une loi organisant le statut de l’opposition.
Les acteurs du dialogue politique se sont accordés sur la nécessité de préserver ou promouvoir de nombreux acquis tels que l’exigence des 10 % des suffrages exprimés comme seuil de représentativité des partis, l’introduction d’un mécanisme de parrainage par des élus communaux pour l’élection du président de la République… Les acquis à préserver ont aussi trait à l’effectivité du financement des partis politiques avec effet immédiat pour les partis enregistrés et le maintien de pièces essentielles dans les dossiers de candidatures (quitus fiscal, casier judiciaire, attestation de résidence, caution, carte d’électeur et déclaration sur l’honneur).
Prenant acte de ces conclusions, le gouvernement marque son adhésion à ces recommandations consensuelles, et promet de poser, dès les prochains jours, les actions nécessaires pour la mise en œuvre des recommandations qui relèvent de sa responsabilité.

Rencontre avec la Conférence des présidents

Pour ce qui est des recommandations relevant de la responsabilité des institutions de la République, le chef de l’Etat a décidé de prendre des initiatives à cet effet, rapporte le relevé du Conseil. Ainsi, le président Patrice Talon tiendra, ce jeudi 17 octobre, une séance de travail avec la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien
Agbénonci, hier face aux membres du corps diplomatique a fait part de ce choix. D’après le patron de la diplomatie béninoise, c’est encore la preuve de la volonté ferme du chef de l’Etat de trouver des solutions aux malentendus nés des dernières législatives. « J’avoue que j’ai été très ému aujourd’hui lorsque le président nous a dit dans quelle direction il souhaite aller ; qui est une direction de recherche du consensus et d’apaisement total… », s’est réjoui Aurélien Agbénonci. Un acte grandiose que la doyenne du corps diplomatique, Sandi Abdou Sahadi, a apprécié à sa juste valeur, tout en invitant les partis politiques en difficulté à saisir la main tendue du chef de l’Etat.

LIRE AUSSI:  Echanges entre le président Patrice Talon et Thomas Boni Yayi à Abidjan: Une rencontre diversement appréciée au sein de l’opinion