Deuil à la cour royale de Tourou: Le roi Sounon Sara Doogo a rejoint ses ancêtres

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Des suites d’une longue maladie, Sa Majesté Sounon Sara Doogo, roi de Tourou, une localité du premier arrondissement de Parakou, a rejoint ses ancêtres lundi 18 janvier dernier. Avant que l’annonce de son décès ne soit faite aux populations, il a déjà été inhumé dans la nuit du même lundi, conformément à la tradition.

LIRE AUSSI:  Négociations Gouvernement-Centrales syndicales: Vers un dégel de la tension sociale

Agé d’environ 90 ans, le roi de Tourou, Sa Majesté Sounon Sara Doogo, a tiré sa révérence, lundi 18 janvier dernier. Père d’une dizaine d’enfants, il a régné pendant 17 ans. Les cérémonies de sa succession vont débuter dans trois mois.
Comme l’exige la tradition Batombu, c’est après avoir été inhumé que son décès a été annoncé. Dans l’histoire de la cité des Kobourou, le roi de Tourou occupe une place importante. Son rôle, au niveau de l’armée, est capital et stratégique, informent certaines sources.
En effet, avec les caravanes qui ne cessaient d’affluer, Tourou était considéré comme une douane. C’est son roi qui était chargé de percevoir les taxes sur ces caravanes.
Suite à la disparition du roi, c’est le marché de Tourou qui, depuis hier, mardi 19 janvier, a été délocalisé. Il n’y avait personne dans le marché. Ses usagers, en signe de deuil, l’ont tous abandonné. C’est pour s’installer à l’extérieur, le long de la route Parakou-Djougou.
Les membres de la cour royale et les autorités de la mairie de Parakou se sont déjà mis d’accord sur le nouveau site appelé à l’accueillir provisoirement, jusqu’à la fin du deuil qui va durer trois mois. Tant que ces cérémonies n’auront pas pris fin, il est interdit à toute personne de rentrer à l’intérieur, pour vendre ou acheter.

LIRE AUSSI:  Projet du Gazoduc de l’Afrique de l’Ouest: La 19e réunion du Comité des ministres s’ouvre ce matin