Désintérêt pour les mathématiques: Des travaux pratiques pour redonner goût aux apprenants

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Dans l’optique de susciter le goût des mathématiques chez les apprenants dans les communes de l’Atacora, une campagne est organisée par le ‘’Groupe polytechnique la Conscience’’ pour renforcer les capacités des candidats au baccalauréat des séries scientifiques.

LIRE AUSSI:  Première session 2015 de la Commission nationale pour l’apprentissage: L’environnement de l’enfant apprenti au centre des préoccupations

Dénommée campagne de « Démystification des mathématiques, d’incitation à l’amour de ces dernières  et de renforcement de capacités des candidats au baccalauréat 2020 séries scientifiques», l’initiative vise, selon Rodrigue Attiogbé, son promoteur, à redonner aux apprenants le goût des mathématiques. Au-delà de promouvoir l’excellence et un fort taux de réussite au baccalauréat séries scientifiques, elle vise à amener les bénéficiaires à retrouver le goût des mathématiques et surtout à les démystifier. « Nous animons des conférences pratiques de 4 à 5 heures de temps pour enseigner aux candidats les différentes techniques et astuces pouvant leur permettre de faire face aux difficultés qu’ils rencontrent dans la compréhension de certains chapitres de mathématiques », confie-t-il.
Après Natitingou, Copargo, Toucountouna, Tanguiéta et Matéri, l’équipe du groupe entend mettre le cap dans les jours à venir sur les communes de Kérou, Cobly, Kouandé et Pehunco. Et ensuite couvrir progressivement les 13 communes des deux départements, en dépit des difficultés liées aux charges y relatives.
« Nous avons constaté un désintéressement total des apprenants pour les sciences dures en particulier les mathématiques. Cet état de choses est parfois dû au fait que les apprenants ne disposent pas des livres nécessaires à leur formation ou n’ont pas d’enseignants et quand bien même ils en disposent, ces derniers peinent à maîtriser la matière », a souligné le doctorant en mathématiques et ingénieur de conception en énergie électrique.
Seule l’adhésion massive des apprenants aux sciences dures, soutient-il, pourra permettre le développement technologique du pays.

LIRE AUSSI:  Renaissance amorcée du Bénin: La Ligue des jeunes progressistes accompagne Patrice Talon