Déroulement des législatives vu par certains observateurs, candidats et citoyens: Quelques incidents mais le vote s’est bien déroulé de façon globale

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Dans le cadre des législatives d’hier 26 avril, plusieurs difficultés et problèmes se sont posés sur le terrain même si quelques observateurs nationaux et internationaux déployés sur le terrain ont globalement conclu à une bonne organisation dans l’ensemble.

LIRE AUSSI:  Les 190 candidats de l’Ouémé/Plateau planchent à Porto-Novo

«Le portail de l’Ecole primaire publique Les Cocotiers était fermé et nous avons dû sur ordre des autorités et de la police défoncer le portail. Ce qui a expliqué le retard», selon les explications de Pascal Cadja, superviseur de la CENA au centre de vote du Ceg l’Océan-EPP les Cocotiers. Sur le terrain, hier à l’EPP Cadjèhoun gare, la couleur de l’encre (bleu) a été changée (en rouge) sur instruction du président du bureau partie B, certains bulletins de vote ont été mal imprimés.

Par contre à Agla Akplomè, Prosper Tchibozo, président du poste n°2 dudit centre de vote a signalé le problème de cachet substitué ou envoyé par erreur qui ne leur a pas permis de l’utiliser.
Aux mêmes bureaux, si certains ont ouvert vers 8h (Ca-djèhoun), d’autres l’ont fait peu après 8h (Ceg l’Océan).
Sans émettre un avis très direct hier puisque nous étions encore à quelques heures du lancement du scrutin, Hans Jörg Neumann, ambassadeur de l’Allemagne près le Bénin, il a déclaré : «La communauté internationale veut avoir une impression personnelle du déroulement du scrutin».

LIRE AUSSI:  Crise à la Mairie d’Abomey: Vers le blocage du Conseil communal ?

Retard

En ce qui le concerne, Christian Houétchénou, président 2015 de la Jeune Chambre internationale Bénin a déclaré que tout s’est bien passé de façon générale, même si, déplore-t-il, il y a un seul agent de bureau à certains endroits et que des bureaux ont ouvert en retard, quand bien même cela n’entache pas la régularité du scrutin.
Mais les impressions de Léhady Vinagnon Soglo sont claires. «C’est un beau soleil éclatant et on ne saurait se plaindre. Nos compatriotes sont admirables. Ils sont allés accomplir leur devoir civique. Malheureusement, bien que notre démocratie ait pris son envol, il y a plus de 25 ans, il y a encore des ratés à Abomey-Calavi», a-t-il déploré. Le leader des Houézèhouè a lancé un appel afin que tous les compatriotes sortent pour aller voter et garder leur calme.
Claude Olory Togbé des Forces démocratiques unies (FDU) dans la 16e circonscription électorale a confié que le scrutin s’est bien déroulé. Elle a déclaré croire en ses chances et invité les indécis à se lever pour aller accomplir leur devoir civique.
Jean-Baptiste Elias, après avoir accompli son devoir en tant que citoyen a confié que ses impressions sont bonnes et que tout se passe dans le calme. Il s’est réjoui de la présence des représentants partis sur le terrain et que les bulletins soient tirés d’un carnet à souche. Cependant, il a déploré une fausse note relative à la non disponibilité des cartes pour certains citoyens qui se sont bel et bien inscrits, qui ne seront donc pas sur la liste des électeurs. Il regrette vivement la frustration dont feront montre ces derniers et a souhaité la correction d’une pareille situation. Il a, pour finir, mis en garde ceux qui ont des velléités de fraude à s’abstenir de s’y adonner, car prévient-il, les frustrations accumulées entraînent des détonations et nous avons un seul pays et une seule nation.

LIRE AUSSI:  Dossiers Pvi et Sodéco: «Je sais plus que ce qu’on laisse apparaître», dixit Pascal Irénée Koupaki

Constat de fraude par l’huissier Maxime Bankolé

Selon maître Maxime Bankolé, huissier de justice, qui a fait une déclaration hier dimanche pendant le déroulement du scrutin, il a été appelé à faire des constats sur le terrain. Pour lui, plusieurs votants ont été observés. Au cours de cette observation, ils passent d’abord chez un militant FCBE Gafarou Adéchokan, avant d’aller voter, puis après avoir accompli leur devoir, ils y retournent, a souligné Me Maxime Bankolé. Des échauffourées s’en sont suivies et il a fallu que la police intervienne pour calmer les ardeurs des défenseurs de chacun des camps. L’huissier a souligné que son déplacement visait à dresser le procès- verbal relatif à cette situation et à en rendre compte.