Déploiement des énergies renouvelables dans les localités du Bénin: Des nuits éclairées comme en plein soleil à Adido

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Adido, petit village de la commune de Bonou n’y croyait plus. Son rêve de disposer de l’énergie électrique, longtemps caressé est devenu réalité. Les énergies renouvelables s’y sont invitées et depuis, il fait jour en pleine nuit à Adido.

LIRE AUSSI:  Vol à main armée (7e dossier): Cinq ans de réclusion criminelle pour Abdou K. Mouhamadou

Vendredi 15 mars 2019. Pour la première fois de son histoire, le village d’Adido dans la commune de Bonou a dormi debout avec des chants, danses, rires et cris de joie de ses habitants. Le village est électrifié. Une première qui a arraché des sanglots à certains habitants de ce village isolé, difficile d’accès et confiné pendant des décennies dans le noir.
Il est 20 heures 35 minutes. Sous les ovations des populations, le ministre en charge de l’Energie, Dona Jean Claude Houssou, depuis le local technique du site expérimental du projet d’électrification solaire photovoltaïque implanté dans la localité, appuie sur le On. La seconde d’après, de géants faisceaux apparaissent et inondent de lumière le village d’Adido. On se croirait en plein jour. L’instant est non seulement solennel, mais aussi historique. Pour les populations, notamment les personnes âgées, l’électrification de leur village avait tout l’air d’un rêve. Elles n’y avaient jamais pensé. Du moins pas avant un passé récent, où par le biais du ministre en charge de l’Energie, elles ont eu vent d’un projet du gouvernement visant à leur apporter non seulement la lumière, mais aussi l’eau, la connectivité et même des services postaux. Cette localité fait partie des cent villages défavorisés du pays retenus par le gouvernement pour bénéficier de l’électrification rurale par le biais des énergies renouvelables.
Dans le public, la joie est à son paroxysme. Certains comme le vieux Nestor Dossouglo n’ont pu retenir leurs larmes. Désigné pour être le porte-parole de circonstance des personnes du troisième âge, la foule n’aura pas droit à un seul mot du vieil homme de 69 ans. Il était tout en sanglots. « J’ai longtemps rêvé de ce moment. A mesure que les années passaient, je n’y croyais plus», lâche-t-il, émotif. A cet instant, à l’instar du vieux Siméon dans l’histoire biblique, il était « prêt pour partir », car « ses yeux ont vu le miracle ». C’est aussi le même sentiment qu’ont manifesté natifs, cadres et autres élus de la localité. En premier, le maire de Bonou. Heureux avec son Conseil communal « de voir se concrétiser en seulement quelques mois, ce projet que plus d’un prenait pour utopique ». Désormais, tous les ingrédients pour assurer le développement sont en train d’être réunis à
Adido, salue-t-il, tout joyeux.

LIRE AUSSI:  Poursuivi pour viol sur mineure (18e dossier): Bernard A. plaide coupable et est condamné à six ans de prison

Electrification solaire photovoltaïque pour cent localités

Adido n’est pas le seul village retenu pour bénéficier de l’électrification solaire photovoltaïque. Comme lui, 99 autres localités démunies du pays ont été sélectionnées dans le même projet. La vision du gouvernement, d’après le directeur général de l’Aberme, c’est de faire de l’énergie hors réseau une réalité et l’ouvrir au secteur privé. Et à Adido, cette réalisation est faite sur financement privé, confirme un des cadres du ministère en charge de l’Energie.
Selon les explications du ministre de l’Energie, Dona Jean Claude Houssou, en dehors d’Adido, 99 autres sites seront implantés dans les autres localités du pays pour permettre aux populations de ces milieux défavorisés de disposer de l’énergie. « C’est un vœu cher au chef de l’Etat qui a décidé que 10 % des 45 projets phares de son programme d’action soient consacrés à l’énergie», laisse-t-il entendre. A côté du thermique qui connait de grandes réalisations, l’énergie solaire prend aussi son envol, apprécie le ministre de l’Energie. L’ère des expositions aux lampadaires dans la localité est révolue, annonce le ministre. Autre gain à tirer de l’avènement de la lumière grâce aux énergies renouvelables, c’est bien l’amélioration du quotidien des populations et l’impact sur les activités génératrices de revenus, soutient le ministre. Mieux, en chassant l’obscurité, on pourra mieux assurer la sécurité des personnes et des biens, note Dona Jean Claude Houssou.
A ce niveau, le sort des femmes préoccupe particulièrement Olga Johnson, ambassadrice Winch energy pour l’Afrique qui se satisfait de constater que sous le président Patrice Talon, le Bénin s’affiche au même rang que les nations qui ont adopté l’énergie solaire et en offre les avantages à leurs populations. « L’impact recherché est l’amélioration des conditions de vie des populations à travers l’accès à l’énergie. C’est un projet qui ne donne pas seulement accès à l’électricité, mais aussi à la connaissance. C’est important que les deux aillent de pair », note-t-elle. « L’accès à l’énergie sort les femmes de la précarité », se réjouit-elle.

LIRE AUSSI:  Systèmes productifs locaux du PADL:Créer les conditions d’un développement territorial durable et équilibré

Haute technologie

Le site expérimental du projet d’électrification solaire photovoltaïque implanté dans la localité d’Adido est composé d’une centaine de panneaux solaires avec des batteries chargées grâce au soleil. Le système fonctionne 24 heures sur 24 et permet d’offrir aux populations de l’énergie à plein-temps et pour tous les besoins. « C’est de l’énergie propre, sans diesel et le système fonctionne très bien. On n’a pas lésiné sur les moyens et les technologies. Ce sont de robustes machines », assure Nicholas Wrigley, directeur général de Winch energy. Selon ses explications, le système mis en place à Adido a une durée de vie minimale de 35 ans.
« Nous sommes un pays doté en capacité énorme de soleil et le gouvernement a décidé de ne pas tourner dos au renouvelable. Pour cela, nous avons un projet qui nous permettra à travers le secteur privé d’avoir du solaire », laissait déjà entendre le ministre Dona Jean-Claude Houssou au cours d’une de ses visites de chantier. Un peu comme pour faciliter la tâche aux opérateurs privés qui comptent s’investir sur ce chantier, le Conseil des ministres a fait adopter le décret portant règlementation de l’électrification hors-réseau. Le décret adopté porte sur les conditions de l’offre d’un service public d’électricité à travers la fourniture d’équipements solaires subventionnés dans les zones d’habitats dispersés, principalement en milieu rural. Il distingue deux régimes juridiques pour la vente d’un service d’électricité hors-réseau, complétés par un régime spécifique pour le secteur privé marchand. Il s’agit du régime de la concession qui s’applique à tout promoteur développant des projets d’une capacité supérieure ou égale à 500 Kva, et du régime de l’autorisation pour des projets de capacité inférieure à 500 Kva.

Ce qu’ambitionne le gouvernement !

Le Programme d’action du gouvernement « Bénin Révélé » se matérialise entre autres, par 45 projets phares dans les secteurs clés de l’économie. L’Axe stratégique 4 intitulé « Amélioration de la croissance économique » logé au niveau du Pilier 2 dénommé « Engager la transformation structurelle de l’économie » fait une place de choix au secteur énergétique. Quatre projets phares y sont retenus. Il s’agit premièrement de la « Filière thermique : garantir un accès compétitif à l’électricité ». Le deuxième projet s’intitule « Développer les énergies renouvelables » tandis que le troisième se résume à « Restructurer l’opérateur national et son réseau » et le quatrième « Maîtrise des consommations énergétiques ». L’ambition du gouvernement telle que mentionnée dans le Pag, c’est d’instituer un système énergétique largement autonome, compétitif et une fourniture d’électricité fiable et de qualité aux unités de production et aux populations béninoises. Le gouvernement prévoit aussi le développement des énergies renouvelables avec l’implantation de fermes photovoltaïques d’une capacité totale de 95 MW au titre des mesures alternatives retenues pour renforcer les capacités énergétiques du pays.
Le ministre de l’Energie aime souvent répéter cette citation du président Patrice Talon, chaque fois qu’il en a l’occasion. « L’énergie doit être le sang qui coule dans les veines de chaque Béninois». Cette citation qui sonne comme le mot d’ordre qui régente le secteur énergétique au Bénin depuis avril 2016, le ministre Dona Jean Claude Houssou ne se contente pas de le citer. Il l’a fait surtout matérialiser depuis avril 2016. «Quand nous sommes arrivés au pouvoir, la situation désastreuse dans laquelle nous avons trouvé le secteur de l’énergie nous a obligés à prendre des mesures radicales », confiait le ministre au cours d’un entretien télévisé. Au nombre de ces mesures, la construction de la centrale électrique de Maria Gléta 2 d’une capacité de 120 MW dont les travaux ont été officiellement lancés le 25 février 2018 et qui, au bout de quelques mois, fait déjà la fierté des populations en leur permettant de disposer à plein-temps de l’énergie électrique. L’ambition du Bénin n’est pas des moindres. 70 à 80 % d’autonomie énergétique à l’horizon 2025 !.
J.F.M