Défécation à l’air libre: 53 localités d’Avrankou délivrées

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


53 localités issues de 12 villages de la commune d’Avrankou tournent définitivement dos à la défécation à l’air libre. Elles adoptent désormais les latrines pour promouvoir l’hygiène et l’assainissement de leur cadre de vie, grâce à une synergie d’actions entre la mairie d’Avrankou et l’Ong Autre Vie.

LIRE AUSSI:  Occupation des artères du marché Dantokpa: Les vendeuses en quête de meilleur emplacement

2917 personnes de 53 localités issues de 12 villages des arrondissements de Sado, Djomon, Gbozounmè et Kouti dans la commune d’Avrankou disent désormais Non à la défécation à l’air libre! Elles décident d’adopter et de promouvoir dorénavant les bonnes pratiques hygiéniques dans leurs localités respectives avec déjà 960 latrines construites sans subvention en l’espace de 12 mois. Ces infrastructures ont été réalisées grâce à l’approche des chambres d’initiative de développement (Cid) et l’approche totale pilotée par les communautés. Le processus a été conduit par l’Ong Autre Vie et la mairie d’Avrankou, grâce à l’appui financier des Pays-Bas à travers le programme Omidelta dans son volet « Eau, hygiène et assainissement de base ».
Le directeur exécutif de l’Ong Autre Vie, Romuald Djivoessoun et le premier adjoint au maire d’Avrankou, Mathieu Hounkanrin, sont descendus sur le terrain, le 28 octobre dernier, pour aller voir comment les populations bénéficiaires utilisent ces latrines et leur impact sur elles. La délégation a sillonné les villages Agamadin, Gbagla-Ganfan et autres, tous pré-certifiés Fin de la défécation à l’air libre (Fdal) par l’Ong Autre Vie. Pour Romuald Djivoessoun, le mercredi 28 octobre est un grand jour parce que son Ong a fait une œuvre utile. Celle d’avoir réussi à montrer qu’un environnement sain et un cadre de vie propre sans excrétats permettent aux enfants de réussir à l’école. Le directeur exécutif de l’Ong Autre Vie se réjouit que les 53 localités soient désormais délivrées des conséquences fâcheuses de la défécation à l’air libre dont surtout la malnutrition. La défécation à l’air libre, à en croire Romuald Djivoessoun, contribue à plus de 40 % à la malnutrition des enfants de 0 à 5 ans et un enfant malnutri perd plus de 50 % de son coefficient intellectuel.

LIRE AUSSI:  Coups et blessures, 33e dossier: 20 mois pour un bout d’oreille perdu à cause d’un manquant de 450 F

Latrines sur fonds propres

C’est pourquoi, il loue l’initiative du Bénin qui s’est doté de la Stratégie nationale de promotion de l’hygiène et de l’assainissement de base en milieu rural (Snphab) en application de la Politique nationale d’hygiène et d’assainissement (Pnha). Mieux, l’un des enjeux majeurs pour le secteur Eau, hygiène et assainissement à l’horizon 2030 à travers les Objectifs de développement durable est de mettre fin à la défécation à l’air libre, fait savoir Romuald Djivoessoun. De Kandi à Avrankou en passant par
Zagnanado, Zakpota et Kétou, les équipes de l’Ong sont mobilisées pour soutenir les communautés à dire non à la défécation à l’air libre, ajoute-t-il.
Le premier adjoint au maire d’Avrankou s’est réjoui de constater, partout dans les localités sillonnées, l’impact positif de ce projet sur les populations bénéficiaires. Lesquelles ont changé de comportement et respectent désormais les règles d’hygiène et d’assainissement en matière de défécation. Des certificats de reconnaissance de mérite ont été distribués aux meilleurs leaders naturels et chefs de villages. Mathieu Hounkanrin a demandé aux populations et aux récipiendaires de maintenir le cap. Les ménages bénéficiaires s’engagent à être partout des ambassadeurs contre la vieille pratique consistant à déféquer à l’air libre.