Débordement des eaux du bas-fond d’Akadjamey: Les populations dans l’attente de l’aide de l’Etat

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Depuis lundi 22 juin dernier, les populations de Cococodji-Akadjamey sont coupées du reste du pays, en raison de la crue du bas-fond situé au niveau de l’unique voie donnant accès à la localité. Impuissants face au phénomène, les habitants de ce quartier lancent un S.O.S à l’endroit du gouvernement.

LIRE AUSSI:  Ayant perdu le contrôle de son véhicule: Un officier de Police fait un mort et des blessés graves à Porto-Novo

Plus personne n’entre, ni ne sort de Cococodji- Akadjamey depuis au moins 72 heures. Les pluies diluviennes des dimanche et lundi derniers ont provoqué le débordement des eaux du bas-fond d’Akadjamey au niveau de l’unique voie qui donne accès à ce quartier.
Conséquence, la localité est coupée du reste du pays. Pis encore, l’eau est montée à plus d’un mètre au-dessus du sol, submergeant le ponceau érigé sur le bas-fond, empêchant ainsi les motocyclistes et automobilistes de circuler. Selon le témoignage d’un riverain, « les populations sont obligées de traverser l’eau, à moitié nues, pour rallier l’autre bout ». « C’est surtout la situation des enfants et des femmes qui donne la chair de poule… », déplore le chef quartier d’Akadjamey, Pamphile A. Adjovi, joint au téléphone. Le Collège d’enseignement général « Les Oliviers» est totalement inondé et inacessible de même que plusieurs maisons. Meurtris et impuissants face aux dégâts causés par cette crue, les enfants et leurs parents ne savent plus où donner de la tête, surtout en cette veille des examens de fin d’année.
Selon les témoignages recueillis, une telle situation s’est produite il y a de cela une dizaine d’années. Certes, les eaux du bas-fond montent à chaque saison des pluies mais la situation n’était pas si grave depuis 2011. Des propos confirmés par le chef quartier Pamphile A. Adjovi. En tant que première autorité du quartier, il indique avoir saisi par deux fois le chef d’arrondissement, puis le maire d’Abomey-Calavi qui a dépêché son directeur de cabinet sur les lieux. Les premier et deuxième adjoints au maire sont également informés de la situation, a-t-il ajouté. A l’en croire, la mairie dit être en train de réfléchir sur la situation afin que des solutions idoines soient trouvées.
Pour l’instant, l’eau continue de dicter sa loi aux milliers de personnes qui résident dans le quartier. Des riverains ayant réussi à rejoindre l’autre rive pour vaquer à leurs occupations avouent ne plus être en mesure de rentrer chez eux.
A Cococodji- Akadjamey, c’est donc le désarroi, la tristesse se lit sur tous les visages, et ne sachant plus à quel saint se vouer, les populations y compris les élus locaux en appellent à l’aide de l’Etat central pour qu’enfin, le ponceau érigé sur le bas-fond soit remplacé par un pont digne du nom.

LIRE AUSSI:  Echos du centre:Route Akassato-Bohicon : crise entre les Chinois et la mairie de Zogbodomey