Crise du coronavirus: Les athlètes paralympiques béninois maintiennent la forme

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubriques: Sports |   Commentaires: Aucun


Attendus aux différentes joutes aux niveaux continental et international, les athlètes paralympiques béninois subissent actuellement la situation liée à la crise du coronavirus. Malgré la suspension des compétitions et évènements sportifs, ils s’entrainent en respectant les gestes barrières et les recommandations du gouvernement béninois.

LIRE AUSSI:  Coupe Du Monde Russie 2018: Le Brésil, favori numéro 1 en quart !

A l’instar d’autres sportifs, l’athlète paralympique Faisal Atchiba, médaillé de bronze aux derniers Jeux de la Francophonie, s’adapte depuis quelques jours à la nouvelle situation imposée par la crise sanitaire du coronavirus. Les compétitions sont suspendues au Bénin et dans le monde entier mais ce dernier et bon nombre de ses collègues s’entrainent individuellement à domicile. « En respect des mesures barrières et des recommandations du gouvernement contre la propagation du virus, on s’entraine individuellement », a-t-il confié. Selon lui, cette pandémie complique la tâche aux pratiquants de sports de haut niveau comme l’athlétisme.
« Nous sommes confrontés à une nouvelle vie qui joue sur nos anciennes habitudes », a-t-il ajouté. Après l’annulation du World paralympique de Tunis, Faisal Atchiba et certains de ses partenaires essayent de maintenir vaille que vaille leur forme dans un gymnase en attendant les Jeux paralympiques de Tokyo prévus pour l’année prochaine. Mais, ils font face aux frais d’abonnement en hausse. « Les salles de gym ont augmenté les tarifs à cause de la mesure de distanciation », se désole-t-il.
Abdel Rahman Ouorou Barè, président de la Fédération handisport du Bénin, n’est pas indifférent aux difficultés de ses protégés et leur apporte son soutien. « Certains athlètes, notamment ceux des disciplines individuelles s’entraînent dans leur isolement et nous les soutenons tout en leur demandant de respecter les gestes barrières qui, de nos jours, sont la seule alternative contre ce mal ». Il conseille de simples exercices physiques de réveil musculaire aux pratiquants de disciplines collectives. A l’en croire, le risque pour les athlètes dans cette période reste la baisse de forme qui peut être préjudiciable pour les compétitions futures. Pour le président du Comité paralympique du Bénin, les athlètes doivent mettre cette période à profit pour se préparer davantage afin de se qualifier pour les compétitions à venir.
« A la fédération, nous comptons sur tous nos athlètes mais seuls les meilleurs représenteront le Bénin sur le plan international », a-t-il conclu.

LIRE AUSSI:  Eliminatoires de la CAN Gabon 2017: Les Ecureuils loin d’avoir été ridicules à Bata

———————Handisport au Bénin————————

Le sport pour personnes handicapées a fait son apparition de façon formelle au Bénin avec la création de la première association en 1989. Face au nombre croissant des associations sportives, la Fédération béninoise de sports pour personnes handicapées est née en septembre 1995 avec comme président le général François Kouyami. Elle a été dirigée successivement par Kint Aguiar, Nassirou Domingo et Léopold Gbénou jusqu’en 2016. Avant de devenir Fédération handisport du Bénin en 2003, elle a été membre fondateur des Jeux de l’Avenir des Personnes handicapées d’Afrique en 1994 avec l’organisation de ces jeux à Cotonou en 1996. Plusieurs athlètes paralympiques béninois participent aux Jeux paralympiques depuis 2000 et aux Jeux africains depuis 2003. Ils ont déjà remporté des médailles pour le Bénin. La fédération est dirigée depuis 2016 par Abdel Rahman Ouorou Barè.

Ch. H.