Cous de l’Université de Parakou: Les activités lancées pour l’année académique 2019-2020

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Education |   Commentaires: Aucun


Avec le lancement hier, jeudi 5 mars, de ses activités au titre de l’année académique 2019-2020, l’heure était à la rentrée au niveau du Centre des œuvres universitaires et sociales de Parakou (Cous-P). La cérémonie présidée par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Eléonore Yayi Ladékan, était placée sous le thème «L’art, la culture et le sport, levier de développement socio-économique d’une nation ».

LIRE AUSSI:  Compétences transférables chez les jeunes et les adultes: Des valeurs cruciales pour le progrès social

Le Centre des œuvres universitaires de Parakou (Cous-P) a, à l’occasion de la deuxième édition de sa rentrée, hier jeudi 5 mars, mis les petits plats dans les grands. Pour mobiliser la communauté universitaire de la cité des
Kobourou autour de la cause, il a initié des activités qui prennent fin, ce jour, vendredi 6 mars, du côté de Natitingou. Ce serait avec la visite des installations du Cous-P de l’Ens et de la Fast, puis une séance de travail avec la communauté universitaire. Déjà hier, après la cérémonie solennelle de lancement de la rentrée sociale, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique,
Eléonore Yayi Ladékan, a visité les installations du centre ainsi que le site de l’Université de
Parakou à Baka. Elle a également assisté à un match de football et à une soirée culturelle.
En accordant une attention soutenue aux œuvres sociales et universitaires, l’objectif poursuivi par le gouvernement, insiste la ministre, est de veiller à l’amélioration du bien-être des étudiants, et d’une manière générale aux conditions de vie et de travail sur les différents campus universitaires du pays. Il s’agit, a-t-elle dit, de déployer toutes les stratégies nécessaires qui concourent au bien-être sur l’ensemble des quatre universités publiques du Bénin. Les œuvres sociales constituent désormais une partie intégrale du programme N° 57 du ministère intitulé « Vie de l’étudiant », a confié la ministre, lequel est essentiel dans la politique nationale de l’enseignement supérieur.
Après les services de la restauration et de l’hébergement depuis janvier, ce sont donc les activités artistiques, culturelles et sportives qui peuvent également démarrer, a indiqué le directeur du Cous-P, Abdou Raouf Sidi Cessi, pour justifier le bien-fondé des manifestations organisées à cet effet. Il a ensuite présenté le bilan de ce que le centre a réalisé jusqu’ici, avant de rappeler les perspectives. «Pour ce qui est de l’hébergement, en trois ans, les résidences autrefois inhabitées ont été rénovées, portant la capacité d’accueil de 485 lits à 812 lits à l’Université de Parakou et à 224 lits au Centre universitaire de Natitingou », a fait observer le directeur. « Au vu du nombre sans cesse croissant des étudiants chaque année, il urge de prévoir la construction de nouvelles résidences pour faire face à la demande également croissante », a-t-il suggéré. «Sur le plan artistique et culturel, le souhait est d’aller vers la constitution d’un ballet pour mieux nous faire représenter au plan national et dans la région», a-t-il poursuivi, en promettant une dotation prochaine en instruments de musique et en matériel de sonorisation moderne.

LIRE AUSSI:  Les écoles restent closes dans l’Atacora

Le Cous fait de son mieux

Tout en reconnaissant les améliorations qui se notent chaque année, le représentant des étudiants, Jules Gnimassou, estime que le Cous-P fait déjà de son mieux. Toutefois, les étudiants souhaitent la construction de nouvelles infrastructures résidentielles et l’acquisition de nouveaux bus pour le transport.
Le secrétaire de la préfecture de Parakou, Sanni Bio Bayé, et le recteur de l’Université de Parakou, Prosper Gandaho, ont, quant à eux, loué la pertinence du thème retenu. Selon le premier, il cadre avec la vision du chef de l’Etat à travers le programme d’action du gouvernement. A sa suite, le recteur a indiqué que l’art, la culture et le sport ont leur place dans l’éducation d’une nation. Ces trois secteurs d’activité contribuent, selon lui, à la constitution d’une personnalité stable et équilibrée dont le pays a besoin pour son développement.
En prélude à cette rentrée sociale, il y a eu une rencontre de vulgarisation de l’arrêté interministériel du 11 février 2020 portant conditions et modalités d’octroi de l’aide de l’Etat aux organisations estudiantines. C’était en présence des responsables d’étudiants des quatre universités publiques du Bénin.