Cour suprême: Victor Dassi Adossou rassuré du soutien de l’Oif

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun

Victor Dassi Adossou, s'entretenant avec le professeur Adolphe Kpatchavi

Le président de la Cour suprême, Victor Dassi Adossou, peut compter sur le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) pour la réussite de sa mission. C’est du moins ce qui ressort de l’audience qu’il a accordée, le lundi 3 mai, à son cabinet, au secrétaire général de la Commission nationale permanente de la Francophonie (Cnpf), le professeur Adolphe Codjo Kpatchavi.

LIRE AUSSI:  Visite d’une délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie au Bénin: Promouvoir une relation bilatérale axée sur le développement

« L’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) est partie prenante de l’Etat car on ne peut construire l’Etat de droit sans les hautes juridictions de cassation», a déclaré, le lundi 3 mai, le secrétaire général de la Commission nationale permanente de la Francophonie, le professeur Adolphe Codjo Kpatchavi, reçu en audience par le président de la Cour suprême, Victor Dassi Adossou. Celui-ci est allé exprimer ses félicitations au nouveau président de la Cour suprême pour sa brillante nomination par le président de la République, Patrice Talon, et lui réitérer le soutien de l’Oif et l’engagement de la Cnpf à l’accompagner dans sa mission à travers le renforcement du partenariat qui existe entre les deux institutions.

Ce soutien de l’Oif à la Cour suprême, à en croire le professeur Adolphe Codjo Kpatchavi, s’inscrit dans le cadre de la mission de l’organisation qui est de promouvoir la paix, les droits de l’homme et la démocratie. Puisque, estime-t-il, les institutions judiciaires sont des piliers de l’Etat de droit et leur fonctionnement régulier constitue un indicateur de la bonne santé de la démocratie.

LIRE AUSSI:  Travaux en commission sur le Projet de loi de finances, gestion 2017 : Centrales syndicales et Société civile ouvrent le bal au Parlement

Le secrétaire général de la Cnpf soutient que l’Oif travaille à renforcer cette coopération et cette solidarité entre les hautes juridictions au niveau de l’espace francophone. Et la Cour suprême du Bénin est membre fondateur de l’Association des hautes juridictions de cassation des pays ayant en partage l’usage du français (Ahjcaf). Elle assure également la présidence du Conseil d’administration de l’Association africaine des hautes juridictions francophones (Aa Hjf). Ces différents réseaux partenaires constituent des espaces de partage, d’échange d’expériences, d’harmonisation des pratiques de droit pour la stabilité dans les pays francophones.

 

De nouvelles actions concrètes

Le professeur Adolphe Codjo Kpatchavi dit être venu discuter de tous ces sujets avec Victor Dassi Adossou, président de la Cour suprême du Bénin et président du Conseil d’administration de l’Aa Hjf. Il l’a rassuré de sa disponibilité à continuer les actions qui se menaient et à scruter avec lui d’autres initiatives à concrétiser avec la contribution de l’Oif.

LIRE AUSSI:  Cour suprême: Onésime Madodé et Innocent Avognon prennent officiellement fonction

Le secrétaire général de la Cnpf informe avoir fait un plaidoyer pour la tenue régulière des assises des différentes instances au Bénin. Les deux personnalités ont échangé sur plusieurs autres chantiers concrets en matière de coopération entre les deux institutions dans le cadre notamment de la dématérialisation des services de la Cour suprême et de la formation du personnel de la haute juridiction.

« L’Oif est très attentive à ce qui se passe au Bénin », rassure par ailleurs le professeur Adolphe Codjo Kpatchavi. Il a rappelé que l’organisation a dépêché, il y a quelques jours, au Bénin, une mission d’information et de prise de contact afin de s’enquérir de l’état de santé de la démocratie béninoise et du déroulement de l’élection présidentielle du 11 avril dernier.

La mission est repartie du Bénin avec de très bonnes impressions, souligne-t-il.