Coopération bénino japonaise:Les anciens boursiers du Japon entretiennent la flamme de l’amitié

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


L’Amicale des anciens boursiers béninois au Japon (2A2BJ), appuyée par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) au Bénin, a organisé, du 6 au 7 mars dernier, une tournée sur certains sites financés par la JICA. Le port de pêche de Cotonou, l’Hôpital de la mère et de l’enfant (HOMEL) de la même ville, le groupe B de l’école primaire publique de Kpédékpo et deux sites de pisciculture du PROVAC ont été visités par la délégation.

LIRE AUSSI:  Éditorial de Paul Amoussou: Les diablotins et le bénitier

Visiter les sites de projets financés par le Japon au Bénin dans le cadre de la mise en œuvre par l’empire du Soleil levant de l’aide publique au développement afin de se rendre compte à travers cette visite, de la contribution du Japon en faveur du développement au Bénin. S’inspirer de ces réalisations pour les actions futures que pourrait mener l’association. Tel était le but de la tournée initiée par l’Amicale des anciens boursiers béninois au Japon (2A2BJ) et soutenue par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA). Du port de pêche de Cotonou, en passant par l’Hôpital de la mère et de l’enfant Lagune de Cotonou, le groupe B de l’école primaire publique de Kpédékpo et les sites de pisciculture du PROVAC, l’enthousiasme des membres n’a pas baissé d’un cran à l’occasion.
Ainsi, au port de pêche, c’est sous la conduite de Gisèle Alapini Kakpo que la délégation a pu observer les différents aménagements qui y ont été opérés sous l’impulsion de la JICA et de l’ambassade.

LIRE AUSSI:  Lancement du budget général de l’État exercice 2021: Les instructions et modalités pour exécuter la loi des finances

Là, des barques motorisées, des filets et autres matériels fournis permettent non seulement de sécuriser l’activité mais également de l’inscrire dans la durabilité.
A côté, les femmes qui accompagnent les hommes au port ont bénéficié d’un encadrement et d’un soutien qui leur assurent désormais des commodités prévues pour leur faciliter le travail. Dans ses explications, Gisèle Alapini Kakpo, trésorière de l’Amicale a rappelé que quatre sections ont été prévues, à savoir la transformation des produits (poissons et autres), les toilettes payantes, la restauration et buvette et la garderie (pour les bébés des femmes qui viennent au port de pêche pour diverses activités).
De la garderie à l’hôpital, il n’y a qu’un pas vite franchi par la JICA.
En effet, l’Hôpital de la mère et de l’enfant Lagune (HOMEL) a bénéficié des infrastructures flambant neuves pour les services de néonatologie, de pédiatrie, de chirurgie et de pédiatrie et de bien d’autres: «La salle d’accouchement est un joyau que nous vendons, avec des tables modernes ; nous disposons d’un plateau technique adéquat pour la résolution des problèmes des bébés et leurs mères», s’est réjoui la directrice, Prudencia Hounkponou, avant de poursuivre que cela aura permis de s’engager dans la démarche qualité pour laquelle elle a indiqué que son staff et elle se battent au quotidien, en vue de la certification de tous les services ou compartiments de l’hôpital.

LIRE AUSSI:  Éditorial de Paul Amoussou: Les diablotins et le bénitier

«La vision est de certifier tout l’hôpital », a relevé la directrice de l’HOMEL.
La JICA exerçant globalement dans un champ d’accompagnement large a également mis en route le Projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale en République du Bénin (PROVAC). Ainsi, deux sites de pisciculture dudit projet animés par dames Céline Fonton épouse Gankpé à Akpadanou dans l’arrondissement de Gbada dans la commune d’Adjohoun et Suzanne Bédiyè, dans le village Za Kékéré dans la commune de Za-Kpota ont été parcourus.
Si le premier site piscicole a été visité vendredi 6 mars dernier, le 2e a accueilli la délégation samedi.
Ce même vendredi, les écoliers de l’école primaire publique de Kpédékpo groupe B ont reçu de la 2A2BJ, du matériel pour assurer le lavage des mains à l’eau et au savon. A l’occasion, le château d’eau offert trônant dans ladite école, don de l’Agence japonaise de coopération internationale, a également suscité la curiosité de l’amicale.
Au total, de belles initiatives prises par la JICA ignorées du public qui permettent d’améliorer le quotidien des Béninois et Béninoises et leur bien-être et qui méritent d’être encouragées, soutenues et perpétuées dans la durée, apprécient les membres de l’amicale.