Contrôles de la gestion des ressources humaines: Rôle et action des inspections des services et emplois publics

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le ministère du Travail, de la Fonction publique et des Affaires sociales tient à cœur le renforcement des capacités de ses agents. Il organise, en collaboration avec l’ambassade de France près le Bénin, une formation au profit des inspecteurs des services et emplois publics à l’Infosec de Cotonou. Prévue du 25 au 27 octobre, elle a pour thème central «Rôle et action des inspections en matière de contrôle et d’appui aux politiques publiques: contrôles de la gestion des ressources humaines».

LIRE AUSSI:  Conseil communal de Bassila: Abou Bakari Gomina remplace Arouna Riliwanou

La formation professionnelle s’impose aux ressources humaines, pour les rendre davantage efficaces et mieux employables. Celle qui a commencé, mardi 25 octobre à l’Infosec de Cotonou, concrétise la suite du partenariat entre le ministère du Travail, de la Fonction publique et des Affaires sociales et l’ambassade de France près le Bénin, à travers la mise en œuvre du plan de développement de l’IGSEP. Il s’agit de veiller à la rationalisation et à la modernisation des processus de gestion des ressources humaines qui aujourd’hui, est devenue une question stratégique.

Dans le contexte de l’administration publique caractérisée, avant tout, par la continuité de ses services et dont la vocation première reste la satisfaction des besoins d’intérêt général, l’agent de l’Etat doit constamment, a expliqué le secrétaire général du ministère en charge du Travail, Florentin Nangbé, se remettre en cause. «Il doit se mettre au pas pour pouvoir accomplir convenablement sa mission de service public», a-t-il poursuivi. Selon lui, l’administration publique doit être à l’avant-garde des bonnes pratiques de service public où l’usager doit être considéré comme une personne qui vient retirer une marchandise dont il connait déjà le prix. Véritable sacerdoce, son non-respect, a-t-il indiqué, appelle en amont des actions de sensibilisation pour un changement de comportement de l’agent de l’Etat et, en aval, des actions de contrôle pouvant conduire à des sanctions. D’où l’intérêt de la présente session de formation, admettra-t-il avec l’inspecteur général des services et emplois publics, Boccace Norbert Kanhounon, et la représentante de l’ambassade de France près le Bénin, Elyda Mey, qui permettra à ses participants de veiller, dans les règles de l’art, au respect de ce sacerdoce. «Car on ne peut contrôler que ce que l’on maîtrise soi-même», a insisté le secrétaire général du ministère.
A travers la thématique générale de la formation, les participants ont donc l’occasion de revisiter un certain nombre de questions devant les aider à améliorer leurs prestations. Ils aborderont comme thèmes, entre autres, la déontologie de l’inspection et l’inspection de la déontologie, le déroulement d’une mission d’inspection, planning et conduite des missions. Il y aura également «Les rôles de l’inspecteur: du contrôle au conseil», «Les méthodes : le contradictoire, la preuve d’audit, l’investigation», «Les outils de l’inspecteur: matrice des risques, grille de questionnement», «Le suivi des rapports et des recommandations» et «Les inspections: statut et organisation des inspections générales interministérielles et ministérielles ».

LIRE AUSSI:  Débats budgétaires au Parlement:La Cena plaide pour une hausse de son budget