Conseil économique et social: Un bilan positif en 2017, malgré les vicissitudes

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le président du Conseil économique et social (Ces), Augustin Tagbé Gbian, a reçu, ce mercredi 17 janvier à Cotonou, les vœux des conseillers de l’institution. Il en a également formulé à leur endroit.

LIRE AUSSI:  Nouvel aéroport international de Glo-Djigbé: Les études techniques socio-économiques et environnementales actualisées

Des vœux de robuste santé, de paix profonde et de réussite pour Augustin Tabé Gbian et pour toutes les personnes qui lui sont chères. Tels sont les vœux que Charlemagne Tomavo, secrétaire général du Conseil économique et social a formulé, ce mercredi 17 janvier, au président du Ces, au nom des personnels civil et militaire de l’institution. Replaçant la cérémonie dans un cadre traditionnel, le secrétaire général du Ces a dressé un bilan sommaire des activités réalisées au cours de l’année 2017. 

Au-delà du caractère festif de l’événement, relève Charlemagne Tomavo c’est l’occasion pour les composantes du Conseil, de faire le point des actions menées, de les analyser et de procéder aux réajustements nécessaires afin d’accroître les rendements. Ainsi, développe-t-il, les personnels en service au Ces ont apporté leurs contributions pour l’accomplissement des différentes missions. Il a présenté au président des excuses pour les ratés et autres insuffisances connus dans ce cadre. Il assimile les faux pas enregistrés aux erreurs inhérentes à toute activité humaine. Il s’est réjoui que le bilan des activités menées et les impacts desdites activités aient permis de reconnaître et de retenir l’utilité de l’institution qui ne devrait pas disparaître.
Une utilité sur laquelle insiste Dominique Atchawé, vice-président du Ces, avant de réitérer les vœux de parfaite santé, de prospérité et de longévité au président Augustin Tabé Gbian. Des vœux qu’il a également adressés aux personnels civil et militaire du Ces.
L’année 2017, a retenu Dominique Atchawé, fut une année particulière. Car l’institution a vécu des moments palpitants dans la mesure où elle a frôlé la disparition. Le vice-président est revenu sur quelques activités phares, notamment celles constitutionnelles. Par ailleurs, Dominique Atchawé a relevé les sujets d’auto-saisine qui ont révélé l’importance et la contribution des industries de transformation de produits locaux au développement du pays. D’autres sujets tels que la transhumance pastorale, la pollution des eaux et l’économie numérique, l’emploi des jeunes ont également fait l’objet d’une attention particulière des conseillers du Ces.
En retour, Augustin Tabé Gbian a formulé pour les conseillers, les personnels civil et militaire, des vœux de bonne et heureuse année pour 2018. « Puisse Dieu, le Tout-Puissant et miséricordieux éloigner de nous tout malheur », a souhaité le président du Ces.
Pour lui, l’année écoulée a été ponctuée d’une série d’événements des plus éprouvants aux plus réconfortants, tous liés aux vicissitudes de la vie. Les résultats auxquels l’institution est parvenue sont l’œuvre non seulement des conseillers mais aussi des personnels civil et militaire. Il n’a pas manqué de les convier à ne pas baisser la garde.
« Le bilan est globalement positif », se félicite Augustin Tabé Gbian. Cependant, le Ces peut mieux faire, reconnaît-il. ?

LIRE AUSSI:  Historique du Tchoukball